Lubrizol : le préfet signera un arrêté de réouverture partielle "avant la fin de la semaine" ou "en début de semaine prochaine"

Selon Pierre-André Durand, les conditions demandées à l'usine pour sa réouverture "sont réunies", deux mois et demi après l'incendie.

Pierre-André Durand, le préfet de Seine-Maritime, avec une délégation, sur le site de l\'usine Lubrizol à Rouen, le 24 octobre 2019.
Pierre-André Durand, le préfet de Seine-Maritime, avec une délégation, sur le site de l'usine Lubrizol à Rouen, le 24 octobre 2019. (LOU BENOIST / AFP)

Le préfet de Seine-Maritime a affirmé mercredi 11 décembre sur France Bleu Normandie qu'il sera en mesure de signer un arrêté préfectoral pour la réouverture partielle de l'usine Lubrizol de Rouen "avant la fin de la semaine" ou "en début de semaine prochaine", après le spectaculaire incendie intervenu le 26 septembre 2019. Le comité départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst) a émis un avis positif mardi en ce sens.

>> Réouverture partielle de Lubrizol : "On a perdu la tête, cela manque de bon sens", déplore l'Association des sinistrés

"J'ai une seule boussole, c'est la sécurité", a martelé Pierre-André Durand. "Ce qui s'est passé le 26 septembre est inadmissible, ça a profondément marqué le territoire, ça n'aurait pas dû intervenir et l'entreprise doit prendre ses responsabilités et devra en répondre."

Le préfet a rappelé que les conditions demandées à l'usine pour sa réouverture, à savoir "une réduction des produits finis de près de 93% et des matières premières jusqu'à 89%", sont "extrêmement sérieuses", "vont au-delà de la règlementation" et surtout "sont réunies". Pierre-André Durand rappelle que seule "deux petites unités de mélange sans réaction chimique" seront rouvertes et "qu'il n'est pas question" de rouvrir la totalité du site.

"Restaurer la confiance"

Néanmoins, le préfet signera son arrêté seulement "avant la fin de la semaine" ou "en début de semaine prochaine" car il attend la présentation du "raisonnement développé devant le Coderst et surtout [de] toutes les mesures de sécurité" devant le comité de transparence vendredi matin – il donnera un avis consultatif – ainsi que la réaction et les observations de l'exploitant de l'usine Lubrizol. Une mission d'inspection doit également réinspecter l'usine avant la signature de l'arrêté.

"Il faut arriver à restaurer cette confiance" de la population envers l'entreprise, ajoute le préfet, "c'est la raison pour laquelle une commission locale de suivi de site va se réunir sur place" et pour laquelle "l'entreprise Lubrizol a annoncé qu'elle allait multiplier les portes ouvertes aux citoyens pour justement rendre transparente toutes ses activités, donc [il y a] un peu un changement d'esprit".