Incendie de l'usine Lubrizol à Rouen : "Ce genre d'incendies est extrêmement difficile voire impossible à éteindre"

Interrogé jeudi sur franceinfo, le délégué général du Haut comité français pour la résilience nationale, Christian Sommade, estime qu'"on est obligés d'attendre que le combustible vienne à manquer pour que le feu s'éteigne".

Un important incendie s\'est déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi dans l\'usine Lubrizol à Rouen, un site classé Seveso.
Un important incendie s'est déclaré dans la nuit de mercredi à jeudi dans l'usine Lubrizol à Rouen, un site classé Seveso. (LOU BENOIST / AFP)

Un important incendie s'est déclaré jeudi 26 septembre tôt le matin à l'usine Lubrizol de Rouen (Seine-Maritime). Le site, qui fabrique des additifs pour lubrifiants, est un site Seveso "seuil haut". Il est donc soumis à des planifications en matière de risques. "Il y a toujours forcément des risques et il faut faire avec", a expliqué jeudi sur franceinfo Christian Sommade, délégué général du Haut comité français pour la résilience nationale. "On contrôle l'incendie mais on est obligés d'attendre que le combustible vienne à manquer pour que cela s'éteigne", a indiqué Christian Sommade.

franceinfo : Qu'est-ce qu'un site Seveso ?

Christian Sommade : On parle de sites à risque industriel qui font partie d'un classement qui est issu d'une directive européenne. Ces établissements sont soumis à autorisation et sont classés en seuil haut et seuil bas, selon leur risque de danger ou la quantité de produits chimiques stockés ou fabriqués sur le site.

Cette usine est classée seuil haut. Qu'est-ce que cela veut dire ?

Elle est soumise à autorisations, donc à des instructions, elle est également soumise à des planifications en matière de risques. On appelle deux types de planification, le plan d'opération interne (POI), c'est le plan que va mettre en œuvre l'usine dans le cadre d'un accident qui ne dépasserait pas le périmètre de sécurité et le plan particulier d'intervention (PPI), qui est un plan agréé par la préfecture pour les secours externes et qui prévoit le déclenchement des sirènes, l'intervention de la sécurité civile et des sapeurs-pompiers et les mesures qui peuvent aller jusqu'au confinement en fonction de l'évolution du danger.

Le confinement est-il efficace ?

C'est une mesure efficace parce qu'elle va diminuer de manière extrêmement importante l'éventuelle toxicité qu'il peut y avoir. Après un certain nombre d'heures, les fumées peuvent rentrer dans la maison et il faut évacuer pour ventiler. Les pompiers connaissent bien ces sujets-là et ils guideront la population lorsque ce sera fait.

Le travail des pompiers est compliqué. Comment cela se passe-t-il ?

Dans ce genre d'incendies, c'est extrêmement difficile voire impossible à éteindre. On contrôle l'incendie mais on est obligés d'attendre que le combustible vienne à manquer pour que cela s'éteigne. Donc c'est un contrôle de l'incendie probablement plus qu'une extinction de l'incendie qu'on est en train d'observer en ce moment.

Cet incendie vous surprend-t-il ?

Des incendies il en existe, cela peut toujours arriver. Cette usine avait déjà connu un incident remarquable en 2013 avec une fuite de mercaptan qui avait un petit peu incommodé toute la région parisienne. On est sur un site qui est sur le bord du fleuve de Rouen, très près de la ville, donc c'est un site qui est remarquable et qui est sensible parce qu'il y a beaucoup de population. Il y a beaucoup de sites Seveso en France qui ont été construits avec peu de population autour et puis après on a laissé se faire un certain urbanisme. Donc, il y a toujours forcément des risques et il faut faire avec.