Incendie d'une usine à Rouen : le gouvernement et le préfet jouent la carte de la transparence

Sous pression, le préfet de Normandie s'est exprimé mardi 1er octobre. Il affirme que les premières analyses écartent tout risque lié à l'amiante et promet de publier la liste des produits stockés à l'usine classée Seveso de Rouen (Seine-Maritime).

FRANCE 3

Des questions restent en suspens après l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (Seine-Martitime) jeudi 26 septembre. Mardi 1er octobre à l'Assemblée, le Premier ministre est monté au créneau : "Je redis devant la représentation nationale l'engagement de transparence absolue qui est celui du gouvernement. Toutes les informations, toutes les données scientifiques, sont et seront rendues publiques".

Aucune trace d'amiante selon la préfecture

À Rouen, deux heures plus tard, le préfet fait une nouvelle conférence de presse lors de laquelle il indique qu'aucune trace d'amiante n'a été détectée. Selon lui, la qualité de l'air dans la ville est revenue à la normale. Mais les 160 fus endommagés par la chaleur laissent échapper des composés soufrés, ce qui expliquerait les odeurs persistantes. La préfecture va publier la liste des produits stockés sur le site classé Seveso.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le panache de fumée noire au-dessus de Rouen (Seine-Maritime), le 26 septembre 2019.
Le panache de fumée noire au-dessus de Rouen (Seine-Maritime), le 26 septembre 2019. (JEAN-JACQUES GANON / AFP)