Incendie à Rouen : une deuxième usine impliquée

La quantité de produits chimiques brûlés à Rouen (Seine-Maritime) a été revue à la hausse, passant de 5 000 tonnes à peut-être le double, car l'entreprise mitoyenne de l'usine a également été touchée. De nouveaux produits sont à analyser.

France 3

Combien de tonnes de produits chimiques sont-elles parties en fumée ? Dix jours après l'incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (Seine-Maritime), jeudi 26 septembre, le chiffre a été revu à la hausse. Aux 5 243 tonnes brûlées sur le site même de Lubrizol, il faut ajouter les produits stockés dans l'entreprise voisine, Normandie Logistique. Trois de ses entrepôts ont été touchés, eux aussi. Ils contenaient plus de 9 000 tonnes de marchandises. On ne connaît ni le nombre de fûts qui ont brûlé, ni la nature des produits. Le site de Normandie Logistique n'est pas classé Seveso. En revanche, il abritait des fûts de l'usine Lubrizol.

Plus de 40 plaintes contre X déposées

Pour le militant écologiste Jacky Bonnemains, président de l'association Robin des Bois, cela ne fait que rajouter au flou qui entoure la catastrophe depuis le début. "Il y a tellement de mauvaises surprises, avec l'amiante par exemple, et maintenant cette entreprise qui comportait des volumes importants de produits toxiques... Ils sont complètement dépassés", déplore-t-il. Les habitants de l'agglomération restent sur le qui-vive. Plus de 40 plaintes contre X ont déjà été déposées.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), le 27 septembre 2019
L'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), le 27 septembre 2019 (LOU BENOIST/AFP)