Incendie à Rouen : "Nous partageons les craintes sanitaires et environnementales de la population", déclarent les salariés de Lubrizol

Les syndicats indiquent aussi s'être mis d'accord "afin de faire appel à une expertise indépendante pour évaluer l'impact de cet incendie sur la santé des salariés et des sous-traitants travaillant sur le site". L'entreprise emploie près de 400 personnes.

L\'incendie à l\'usine Lubrizol de Rouen, le 26 septembre 2019.
L'incendie à l'usine Lubrizol de Rouen, le 26 septembre 2019. (YACINE MOUFADDAL / SDIS / AFP)

Les salariés de Lubrizol prennent la parole. Une semaine après le terrible incendie qui a ravagé l'usine de Rouen, ils partagent "les craintes sanitaires et environnementales de la population" mais ne s'expliquent pas "le départ de cet incendie", selon un communiqué intersyndical, publié vendredi 4 octobre.

"Nous, salariés de Lubrizol, sommes choqués par cet incendie et les extrapolations médiatiques qui en sont faites. Nous sommes victimes en tant que salariés mais également en tant qu'habitants", écrivent dans un communiqué commun les syndicats CFDT, CFTC et CFE-CGC. "Au regard des échanges avec nos collègues qui sont intervenus cette nuit-là, nous n'arrivons pas à nous expliquer le départ de cet incendie", ajoutent les syndicats, assurant que "la sécurité est un pilier de notre culture d'entreprise".

Appel pour une expertise indépendante

"Tout comme l'ensemble de la population, nous sommes impatients de connaître les résultats de l'enquête judiciaire en cours afin de clarifier les responsabilités", ajoutent les syndicats. Ils indiquent aussi s'être mis d'accord "afin de faire appel à une expertise indépendante pour évaluer l'impact de cet incendie sur la santé des salariés et des sous-traitants travaillant sur le site". Lubrizol emploie quelque 400 salariés sur son site de Rouen, selon le préfet de Normandie, Pierre-André Durand.

Silencieux depuis l'incendie du 26 septembre, les représentants des salariés de Lubrizol Rouen disent avoir "décidé solidairement" de se "concentrer sur l'accompagnement des salariés de notre entreprise plutôt que de communiquer avec les médias".