Incendie à Rouen : "La ville est clairement polluée, mais les premiers prélèvements sont plutôt rassurants", affirme Agnès Buzyn, la ministre de la Santé

Après l'incendie d'une usine classée Seveso à Rouen, dans la nuit de mercredi à jeudi, les minstres de la Transition Écologique, de la Santé et de l'Education se sont rendus sur place. Pour Agnès Buzyn, le type de pollution est "sans conséquences à long terme."

Des hydrocarbures sur le lieu de l\'incendie de l\'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), le 27 septembre 2019. 
Des hydrocarbures sur le lieu de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime), le 27 septembre 2019.  (LOU BENOIST / AFP)

Après l'incendie qui a touché l'usine Lubrizol, classée Seveso, dans la nuit de mercredi à jeudi à Rouen, les ministres de la Transition Écologique, de la Santé et de l'Education se sont rendus sur place vendredi 27 septembre pour constater l'ampleur des dégâts.

Agnès Buzyn, la ministre de la Santé, a tenu à rassurer la population lors d'un point presse, affirmant "qu'il n'y a eu aucun blessé". "Une cinquantaine d'appels au SAMU ont été recensés mais les gens sont restés chez eux." Cinq personnes fragiles, qui souffraient de troubles respiratoires antérieurs, ont été incommodées et hospitalisés, a détaillé la ministre.

"Il faut nettoyer ces suies"

"La ville est clairement polluée par les suies, il faut voir ça comme des galettes de goudrons sur les plages, si on en voit, il faut nettoyer ces suies, très facilement repérables. Il faut faire en sorte que les enfants ne les manipulent pas, si c'est le cas, il faut leur laver les mains. Les écoles qui sont polluées ont déjà commencé à nettoyer et nous demandons aux familles, qui peuvent repérer ces polluants sur leurs balcons, de nettoyer comme on l’a mentionné, à grande eau", a ensuite conseillé la ministre de la Santé sur franceinfo.

"Les premiers prélèvements des suies sont plutôt rassurants sur le type de pollution subie par les riverains, qui sont surtout des irritants mais sans conséquences à long terme", a-t-elle ajoutée.

"Pas d'inquiètude sur les premiers prélèvements"

"J’ai été très troublée de voir des gens porter des masques, je comprends parfaitement la population, ce sont des odeurs de soufre qui émanent de l’usine, ce ne sont pas des produits qui entraînent des conséquences à long terme mais peuvent être irritants sur le moment et c’est incommodant. Je comprends que l’on s’inquiète mais il faut nettoyer. Nous n’avons pour l’instant pas d’inquiétude sur les premiers prélèvements qui ont été faits par les pompiers, les autres prélèvements envoyés à l’INERIS seront plus précis", a ajouté Agnès Buzyn.

Les résultats seront publiés ce vendredi soir sur le site de la préfecture, affirme la ministre, rappelant "la transparence totale dans ce type de crise" et c'est ce que "nous allons continuer à faire", a-t-elle conclu.