Incendie à Rouen : l'usine Lubrizol restera fermée tant que les causes de l'incendie seront inconnues, annonce Elisabeth Borne

La ministre de la Transition écologique, qui dit "comprendre que la population soit inquiète", s'est voulue rassurante au sujet d'une éventuelle pollution de l'air.

La ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne, le 27 septembre 2019 au Petit-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime).
La ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne, le 27 septembre 2019 au Petit-Quevilly, près de Rouen (Seine-Maritime). (LOU BENOIST / AFP)

"Cet incendie n'est pas normal. Ce site a été contrôlé dix fois en deux ans." Invitée sur RTL, lundi 30 septembre,  la ministre de la Transition écologique, Elisabeh Borne, a annoncé que l'usine Lubrizol de Rouen allait "rester fermée tant qu'on n'aura pas compris" les causes du sinistre. Ce site Seveso de Seine-Maritime a été dévasté par un incendie spectaculaire survenu dans la nuit de mercredi à jeudi.

>> Incendie de l'usine Lubrizol de Rouen : ce que l'on sait (et ce que l'on ignore encore)

"Cette usine est fermée évidemment, a-t-elle indiqué. Il ne devait pas y avoir un incendie de ce type, donc tant qu'on n'aura pas compris pourquoi on y a eu un incendie important, alors qu'il y a beaucoup de dispositifs pour éteindre l'incendie dès qu'il y a le moindre échauffement, évidemment ce site restera fermé."

"Pas de problème sanitaire"

L'incendie de l'usine chimique a provoqué de nombreuses craintes parmi la population, qui s'inquiète d'une pollution de l'air et des suies retombées au sol. Interrogée à ce sujet, la ministre a tenu à se montrer rassurante. "Tous les produits de l'usine, essentiellement des hydrocarbures, sont publics. Les suies sont retombées sur une centaine de communes, on en a retrouvé dans les Hauts-de-France. On aura demain [mardi] les dernières analyses sur la composition de ces suies. Toutes les mesures faites n'ont montré aucun polluant problématique dans l'air et, sur la suie, ça n'a montré aucun polluant jusqu'à présent", a-t-elle affirmé.

Effectivement, il y a une odeur très dérangeante mais pas de problème sanitaire. (...) On doit deux choses aux Rouennais touchés par cet accident : une très forte exigence et une très grande transparence.Elisabeth Bornesur RTL

Samedi, le préfet de Normandie avait présenté les résultats de différentes analyses. Il avait évoqué "une situation normale" de la qualité de l'air, sauf sur le site de Lubrizol (présence de benzène), tout en rappelant plusieurs décisions concernant l'agriculture, notamment un "gel" des récoltes, appliquant le principe de précaution.