Incendie entre la Lozère et l'Aveyron : "C'est parti à une vitesse hallucinante, cela a été comme une explosion", témoigne le maire de Rivière-sur-Tarn

Le maire de Rivière-sur-Tarn a dû organiser dans l'urgence l'accueil de plusieurs centaines de personnes évacuées en raison de l'incendie qui frappe la vallée du Tarn depuis lundi.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des pompiers à l'oeuvre à Mostuéjouls en Aveyron, le 9 août 2022. (VALENTINE CHAPUIS / AFP)

"C'est parti à une vitesse hallucinante, cela a été comme une explosion", a raconté mardi 9 août sur franceinfo le maire de Rivière-sur-Tarn, Christian Forir. L'incendie en cours dans les gorges du Tarn a déjà parcouru 700 hectares. Environ 3 000 personnes ont dû être évacuées sans possibilité pour l'instant de regagner leur domicile. "On a été très réactif mais cela s'est fait dans la précipitation", indique le maire de Rivière-sur-Tarn Christian Forir. L'élu a dû organiser l'accueil d'une partie des personnes évacuées dans l'urgence cette nuit. Ce violent incendie s'est déclaré ce lundi vers 17 heures dans le département de la Lozère à cause d'un engin agricole. Dans la nuit, il a fortement progressé, au point d'atteindre l'Aveyron voisin.

franceinfo : Comment avez-vous géré la situation ?

Christian Forir : On a été très réactif mais cela s'est fait dans la précipitation. C'est partie à une vitesse hallucinante, cela a été comme une explosion, donc il a fallu tout de suite agir alors qu'on n'était pas préparés.

"Quand il y a une crue, on a au moins six heures de préparation avant que le flux arrive tandis que là, il fallait tout de suite accueillir."

Christian Forir, maire de Rivière-sur-Tarn

à franceinfo

Les personnes ont passé la nuit en toute sécurité dans la salle des fêtes de notre village, on avait mis des tapis sur le sol. On avait fait un petit déjeuner très copieux sur le village. La consigne, c'est que tout ce qui est dans la zone contrôlée par les pompiers dans la zone de l'incendie est fermée à la circulation. Donc il n'y a pas de possibilité de regagner les hébergements. Je n'ai jamais connu un incendie de cette ampleur, mais avec la sécheresse, c'était inéluctable.

Comment ont réagi les vacanciers évacués ?

Des gens de divers campings et hébergements des villages sont arrivés et on s'est retrouvé avec un flux très important de gens, entre 200 et 300 personnes alors que nos capacités d'hébergements étaient de 200 personnes. Donc on a fait le maximum pour en accueillir le plus possible en pleine nuit. Ils avaient l'air ravi de l'accueil qui leur a été proposé et ils nous ont dit qu'ils n'allaient pas interrompre leurs vacances. Il y a de l'espoir et du désespoir de voir nos superbes panoramas ravagés et noircis par le feu et la fumée. C'est désarmant.

Comment vivez-vous ces incendies ?

Sur les coups de minuit, c'était très angoissant pour les habitants de voir les flammes à 500 mètres de habitations. On ne peut pas dire qu'on ait un très gros moral. Nos communes de Rivière-sur-Tarn, Mostuéjouls, Le Rozier, Peyreleau et toute la vallée du Tarn, nous sommes à vocation totalement touristique. Donc le tourisme pour nous est plus qu'important. Tout cela est contrariant, mais on va prendre le dessus.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.