Île-de-France : un conducteur de Transilien évite une femme qui tentait de se suicider, son récit émeut les internautes

Il considère que cette vie sauvée, c'est "un petit pied de nez à la mort" en pleine épidémie de Covid-19.

Article rédigé par
avec France Bleu Paris - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Capture d'écran du premier message du thread émouvant posté sur Twitter par le conducteur d'un Transilien confronté pour la première fois à une tentative de suicide sur sa ligne. (CAPTURE D'ECRAN TWITTER)

Le conducteur d'un train Transilien a raconté mardi soir sur Twitter comment il a évité de percuter une femme qui tentait de se suicider dans les Hauts-de-Seine, rapporte jeudi 4 février France Bleu Paris. Ses messages émouvants ont été "aimés" par plus 8 000 internautes.

"Madame, ce soir à la Défense vous avez voulu nous quitter, mais vous n'avez pas choisi le bon train, le mien. Je vous ai aperçue de loin malgré l'obscurité de la gare et je vous ai épargnée à 2 mètres près. J'avais décidé de ne pas vous permettre de faire de la peine à vos proches." C'est par ces mots que Sébastien commence son récit. "C'est la première fois que j'étais confronté à ça", précise-t-il à France Bleu.

La femme est choquée mais indemne, elle a été prise en charge par des collègues de Sébastien. Le conducteur doit bien vite reprendre son service, mais il reste marqué et ressent le besoin de témoigner sur Twitter, comme un "exutoire" : " Après cet événement, vous avez le droit à une nouvelle chance de recommencer et d'espérer avoir une vie meilleure que celle qui vous a poussé à faire ce geste désespéré", écrit-il dans des messages commentés par des milliers d'internautes.

Le flot de réactions émeut encore plus Sébastien qui choisit de ne retenir que les bonnes. "Voir autant de belles réactions, des personnes qui se proposent d'aider la personne qui a commis ce geste, qui proposaient de l'héberger à la campagne, c'est vraiment touchant, ça me donne vraiment confiance dans les qualités humaines des gens", dit-il sur France Bleu. Il considère que cette vie sauvé, c'est "un petit pied de nez à la mort" en pleine épidémie de Covid-19.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.