Haute-Garonne : une femme en fauteuil roulant coincée dans son appartement depuis trois mois à cause d'une panne d'ascenseur

Cette femme de 70 ans a demandé, en vain, un geste commercial à son agence immobilière, a rapporté mardi France Bleu Occitanie.

Marie-Josette, 70 ans et polyhandicapée, ne peut pas quitter son appartement depuis trois mois.
Marie-Josette, 70 ans et polyhandicapée, ne peut pas quitter son appartement depuis trois mois. (BENEDICTE DUPONT / RADIO FRANCE)

Une habitante de Beauzelle (Haute-Garonne), polyhandicapée et qui se déplace en fauteuil roulant, ne peut pas quitter son appartement depuis trois mois à cause d'une panne d'ascenseur, rapporte France Bleu Occitanie mardi 20 mars. Elle a porté plainte le 10 mars.

Seule avec sa chienne et son chat

Cette femme de 70 ans a emménagé en juillet dernier dans cet immeuble récent. Mais le 27 décembre, les dix ascenseurs de la copropriété sont tombés en panne, après des intempéries et l'inondation des sous-sols. Depuis, Marie-Josette vit enfermée chez elle, au 2e étage, "prisonnière", dit-elle, de son 65 mètres carrés, situé au nord de Toulouse, avec sa chienne et son chat.

Elle qui allait faire ses courses et promener sa chienne, se voit obligée de payer un service de portage de repas à domicile. "Ça commence à être plus que déprimant, je ne veux plus rester ici", explique la septuagénaire, qui reçoit presque chaque jour la visite de son frère et de voisines.

Un loyer de 695 euros par mois

"Je ne suis pas la seule à en pâtir, il y a d'autres personnes âgées dans la résidence et des parents avec de très jeunes enfants", souligne Marie-Josette, atteinte d'une forme de sclérose en plaques depuis ses 26 ans. Elle précise qu'il y a également eu des problèmes de chauffage et d'eau chaude dans l'immeuble.

Marie-Josette, qui paye un loyer de 695 euros, a demandé, en vain, un geste commercial à son agence immobilière. Elle a aussi alerté le syndic, qui estime que les dysfonctionnements sont "liées à la construction". Square Habitat a entamé une procédure contre le constructeur de l'immeuble.

Le syndic de la résidence a expliqué à France Bleu Occitanie qu'il promet d'accélérer les travaux, pour que l'ascenseur du bâtiment où vit Marie-Josette soit opérationnel au plus vite. "Exceptionnellement", une expertise partielle doit avoir lieu vendredi.