Graffitis islamophobes sur la mosquée de Cognac

Une croix gammée et une croix chrétienne auraient été peintes, des tranches de porc répandues et le mot "mosquée" effacé de l'écriteau apposé devant le lieu de culte charentais.

La mosquée de Cognac (Charente) a été la cible d\'une attaque à caractère islamophobe, dans la nuit du 19 au 20 août 2013.
La mosquée de Cognac (Charente) a été la cible d'une attaque à caractère islamophobe, dans la nuit du 19 au 20 août 2013. (GOOGLE MAPS / FRANCETV INFO )

La mosquée de Cognac (Charente) a été la cible d'une nouvelle attaque à caractère islamophobe, dans la nuit de lundi à mardi. Abdallah Zekri, le président de l'Observatoire contre l'islamophobie, l'a annoncé jeudi 22 août. Une source proche de l'enquête a confirmé l'existence de ces graffitis islamophobes. Cette affaire survient quelques semaines après l'agression d'une femme voilée à Trappes, en banlieue parisienne, et le projet d'attentat contre la mosquée des Minguettes, à Vénissieux, près de Lyon. 

Selon Abdallah Zekri, le mot "mosquée" a été effacé de l'écriteau apposé devant la mosquée Es-Salem et les auteurs de cette action ont laissé des mentions comme "bougnoules, dégagez", et peint une croix gammée et une croix chrétienne. Des tranches de porc ont aussi été répandues alentour. Une plainte a été déposée au commissariat mercredi par un membre de l'association de la mosquée, a ajouté le président de l'Observatoire contre l'islamophobie.

Abdallah Zekri a condamné "ces actes à répétition" et a déploré "un phénomène nouveau et qui se multiplie". Il a notamment imputé ce "climat mauvais" à "certains débats comme celui sur le foulard dans les universités". Il a fait part enfin de "l'inquiétude de la communauté musulmane" de voir assimiler l'islam aux évènements en Egypte ou en Syrie.