Cet article date de plus de six ans.

Gironde : plus de 23 000 courriers détournés retrouvés chez une factrice

Elle a été mise à pied et fera l'objet de poursuites pénales, a annoncé La Poste, vendredi.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
23 558 plis, essentiellement des courriers, ont été découverts au domicile d'une factrice qui travaillait dans le secteur de Cadillac, à 40 km au sud de Bordeaux (Gironde). (MAXPPP)

Plus de 23 500 courriers non délivrés dans le sud de la Gironde ont été découverts en décembre au domicile d'une factrice. Elle a été mise à pied et fera l'objet de poursuites pénales, annonce vendredi 23 janvier La Poste, confirmant une information de Sudouest.fr.

La Poste a été alertée l'été dernier, à la suite d'un "nombre anormal" de réclamations émanant du public, dans le secteur rural de Cadillac, à quelque 40 km au sud de Bordeaux, précise la direction régionale. Après une enquête interne de plusieurs mois, La Poste, en collaboration avec la gendarmerie, a confondu la factrice mi-décembre, et une perquisition à son domicile a permis de découvrir 23 558 plis, essentiellement des courriers, pas de colis. Soit l'équivalent de trois à quatre jours de courrier sur le secteur de Cadillac, ajoute la Poste, qui a porté plainte.

Elle risque jusqu'à trois ans de prison

L'enquête devra notamment s'attacher à découvrir les mobiles - appât du gain ou volonté d'écourter les tournées - de la factrice, a-t-on précisé de même source, ajoutant que certains plis récupérés chez elle avaient été ouverts. La Poste a annoncé que le courrier détourné serait distribué à partir de lundi et pendant les quinze jours à venir, assorti d'une lettre d'excuse et d'une "lettre-plainte" pour les clients qui estimeraient avoir subi un préjudice.

En parallèle, une procédure disciplinaire est en cours pour faute grave et pourrait déboucher sur le licenciement de la factrice, qui était en CDI depuis dix ans. Elle fera aussi l'objet de poursuites pénales et encourt, selon La Poste, jusqu'à trois ans de prison et 45 000 euros d'amende.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.