Fusillade de Lille : les deux suspects arrêtés en Espagne

L'auteur présumé de la fusillade et son complice étaient en fuite depuis dimanche. Ils ont été arrêtés à Figueras vendredi matin. Les deux hommes sont suspectés d'avoir tué deux personnes et blessé six autres en ouvrant le feu sur la foule avec une arme de gros calibre, à l'entrée d'une discothèque lilloise, dans la nuit de samedi à dimanche.

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

La fuite des deux hommes soupçonnés d'être l'auteur et le
complice de la fusillade qui a fait deux morts et six blessés dans la nuit de
samedi à dimanche à Lille a pris fin vendredi matin. Ils ont été arrêtés à Figueras en Espagne,
à quelques kilomètres de la frontière française. L'interpellation a été menée vers
11 heures par la Guardia civil et la police judiciaire de Lille, selon Frédéric
Fèvre, procureur de Lille.

Les enquêteurs ont été prévenus de la cachette des deux individus par un informateur. "Aussitôt la police française a dépêché un avion et envoyé des enquêteurs sur les lieux dans la nuit. Ils sont arrivés vendredi matin" , raconte Frédéric Fèvre. D'après l'informateur, les suspects cherchaient de faux papiers pour se rendre en Afrique du Nord.

La maire de Lille, Martine Aubry, a réagi avec satisfaction : "Je félicite les forces de police. C'est un soulagement pour les familles des victimes et pour les blessés de savoir qu'ils vont rendre compte devant la justice de notre pays des crimes qu'ils ont commis".

La fusillade a eu lieu dimanche aux alentours de trois
heures du matin. Le suspect, âgé de 32 ans, se serait attaqué à la foule devant
l'entrée d'une discothèque du centre-ville de Lille, à l'aide d'une Kalachnikov,
une arme de gros calibre. Il aurait souhaité se venger d'avoir été éconduit par
le videur quelques heures plus tôt. Le parquet de Lille a ouvert dimanche une
information judiciaire
pour assassinat. Sous le coup de deux mandats d'arrêt européenens, les deux hommes doivent être présentés aux juges espagnols vendredi soir. Leur retour en France est attendu "dans le courant de la semaine prochaine"  selon Frédéric Fèvre.