Fillette blessée par un projectile à Brest : la police recueille l'ADN de tous les habitants masculins de quatre immeubles

Les enquêteurs veulent retrouver l'identité de la personne qui a jeté sur l'enfant un galet depuis la fenêtre d'un immeuble. 

Brest (Finistère).
Brest (Finistère). (GOOGLE MAPS)

Une trentaine de policiers ont bloqué jeudi les accès de quatre immeubles d'un quartier de Brest (Finistère), pour y recueillir l'ADN de tous les habitants masculins, a appris France Bleu Breizh Izel de sources concordantes, vendredi 21 septembre. La police cherche à identifier la personne qui a lancé, le 5 septembre dernier, un projectile sur une fillette de 9 ans qui rentrait de l'école. L'enfant est toujours dans le coma.

L'opération, de grande ampleur, a été menée jeudi par une trentaine de policiers de la sûreté départementale, appuyés par la police scientifique. Ils ont bloqué les accès de quatre tours HLM du quartier Bellevue, à Brest. L'ADN des hommes et des enfants de sexe masculin a été prélevé. Ceux qui étaient absents sont convoqués dans les prochains jours.

Un galet envoyé d'une fenêtre

La police a mis plusieurs jours à identifier le projectile lancé depuis l'un des 80 appartements très en hauteur, répartis dans quatre tours HLM au-dessus de la cour où cette fillette de neuf ans a été percutée à la tête, alors qu'elle rentrait de l'école.

Selon le procureur de Brest, il s'agit d'un galet, sur lequel on a retrouvé l'ADN de la victime mais également d'autres ADN, tous masculins. Le projectile aurait pu être lancé depuis une bonne centaine de fenêtres, d'où l'ampleur de la recherche de traces ADN. Quatre-vingts appartements sont concernés par cette vérification.

La fillette est toujours hospitalisée. Selon un message diffusé vendredi matin par son père sur les réseaux sociaux, elle serait en phase de réveil, mais son état de santé est toujours jugé inquiétant.