Cet article date de plus de sept ans.

Vidéo Trente ans après, la catastrophe de Bhopal continue de faire des victimes

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 3 min.
N. BERTRAND / A. ALVAREZ / N. KUMARI / FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Quelque 20 000 personnes sont mortes dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984 quand une explosion a recouvert cette ville d'Inde d'un nuage de pesticide. Mais depuis, rien n'a été fait pour traiter le site.

Il y a trente ans, il empruntait ce chemin tous les jours. T.R. Tchohane était ingénieur dans l'usine de pesticides de Bhopal (Inde). Dans la nuit du 2 au 3 décembre 1984, la valve de sécurité d'un réservoir explose, avec à l'intérieur 42 tonnes de pesticide très toxique. Le nuage se répand au-dessus de la ville et tue 20 000 personnes.

Un demi-million d'habitants affectés par des maladies

Trente ans après le drame, la tragédie n'a pas fini de hanter la vie des habitants. En effet, le site n'a toujours pas été décontaminé. "Regardez, vous pouvez voir du mercure, vous voyez les particules brillantes ? Pas un seul kilo de produit toxique n'a été traité, ni par l'entreprise, ni par le gouvernement." Problèmes respiratoires, douleurs chroniques, maladies neurologiques... Au fil des ans, les maladies ont affecté 500 000 personnes.

Les dirigeants de l'entreprise américaine qui gérait le site n'ont jamais été condamnés, pas plus que les gestionnaires indiens. Aujourd'hui, presque tout espoir de justice a disparu.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.