Explosion à Paris : 12 immeubles fragilisés restent "totalement interdits" et "la destruction" de certains "n'est pas exclue"

Après l'explosion survenue samedi rue de Trévise à Paris, le premier adjoint à la maire de Paris, Emmanuel Grégoire, confirme lundi sur franceinfo que douze bâtiments restaient "totalement interdits" du fait de la fragilisation de leur structure.

franceinfo

Le premier adjoint à la maire de Paris, Emmanuel Grégoire, a confirmé lundi 14 janvier que douze bâtiments se trouvant autour de la boulangerie ravagée par une explosion, samedi, dans la rue de Trévise à Paris, restaient "totalement interdits" parce que leur structure "a été fragilisée". "La destruction [de certains immeubles] n'est pas exclue" et les résidents évacués ne pourront pas réintégrer leur logement avant plusieurs jours dans le meilleur des cas.

"Douze bâtiments sont interdits totalement de réintégration parce que la structure a été fragilisée, a indiqué Emmanuel Grégoire. En attendant les mesures de travaux d'urgence, d'étaiement et de renforcement, et ensuite d'expertise des architectes de la préfecture de police, de très nombreuses familles sont contraintes de rester à l'extérieur, et aucun accès n'est possible pour le moment."

"Cela pourra prendre des mois"

La situation pourrait durer au moins plusieurs jours, pour les immeubles les moins endommagés, et beaucoup plus longtemps pour les bâtiments les plus près du lieu de l'explosion. "Cela pourra prendre des mois pour ceux qui sont le plus touchés, indique ainsi Emmanuel Grégoire. Et pour ceux qui sont un peu plus loin, on espère que d'ici quelques jours il y aura une levée de doutes, mais évidemment, il n'est pas question de prendre le moindre risque."

Faudra-t-il détruire certains de ces immeubles ? "Ce sera aux architectes de la préfecture de police de le dire, a répondu l'adjoint au maire de Paris. Mais il est très clair qu'un certain nombre d'immeubles sont très fortement touchés, il faudra a minima des mois de travaux, et la destruction n'est pas exclue." Le diagnostic définitif des architectes sera "sans doute" connu "dans quelques jours", a espéré Emmanuel Grégoire.

Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris, invité de franceinfo lundi 14 janvier. 
Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris, invité de franceinfo lundi 14 janvier.  (FRANCEINFO / RADIOFRANCE)