Colis piégé à Lyon : où en est l'enquête ?

L'auteur présumé de l'attentat de vendredi dernier, qui a fait 14 blessés, a notamment reconnu avoir fait allégeance au groupe Etat islamique lors de sa garde à vue. 

Des policiers à Oullins, dans la banlieue de Lyon, le 27 mai 2019, où le domicile du principal suspect a été perquisitionné. 
Des policiers à Oullins, dans la banlieue de Lyon, le 27 mai 2019, où le domicile du principal suspect a été perquisitionné.  (NICOLAS LIPONNE / AFP)

Il est passé aux aveux. Mohamed Hichem Medjoub, étudiant algérien de 24 ans, a été mis en exament, vendredi 31 mai, soupçonné d'avoir fait exploser un colis piégé à Lyon, faisant 14 blessés légers, une semaine plus tôt. 

Allégeance au groupe Etat islamique (EI), recherches sur internet relatives au jihad et à la fabrication d'engins explosifs, présentation devant un juge antiterroriste en vue de sa mise en examen... Voici les dernières informations dont nous disposons sur cette enquête. 

Qu'a dit le principal suspect aux enquêteurs ?

Mohamed Hichem Medjoub a reconnu devant les enquêteurs avoir fait allégeance au groupe Etat islamique, a indiqué jeudi une source proche du dossier à franceinfo. Alors qu'il s'était montré peu coopératif dans la première partie de sa garde à vue après son arrestation lundi, le jeune homme avait commencé à se livrer mercredi en admettant avoir conçu le colis piégé, dont l'explosion a fait treize blessés légers dans le centre de Lyon.

Le suspect, un étudiant algérien de 24 ans, avait admis son implication dans l'attentat mercredi lors de sa garde à vue. Il avait avouer avoir confectionné et déposé le colis piégé. Il avait également indiqué aux enquêteurs avoir agi seul. 

Quelles sont les preuves retenues contre lui ? 

Plusieurs autres éléments avaient été accumulés contre le suspect : l'ADN du jeune homme avait été retrouvé sur un morceau du sac qui contenait l'engin explosif, le vélo utilisé le jour de l'attentat avait été retrouvé dans son appartement et des preuves d'achats de produits entrant dans la composition d'explosifs avaient été découvertes par les enquêteurs. Par ailleurs, d'après les éléments recueillis, l'homme a consulté à plusieurs reprises des sites proches de la mouvance jihadiste. 

Les enquêteurs ont pu suivre l'itinéraire du "jeune homme à vélo" grâce au croisement de la vidéosurveillance des communes de Lyon et Oullins. L'exploitation de ses données téléphoniques et des achats effectués sur internet a également mené les enquêteurs jusqu'à lui. 

Mohamed Hichem Medjoub, venu en France poursuivre ses études en informatique, n'avait pas obtenu le visa nécessaire et était en situation irrégulière. Mais il était jusqu'ici inconnu des services de police et de justice et ne montrait aucun signe de radicalisation. 

>> Explosion d'un colis piégé à Lyon : ce que l'on sait du principal suspect 

FRANCE 2

Qui sont ses proches arrêtés puis relâchés ?

Le principal suspect a d'abord été placé en garde à vue dans les locaux de la sous-direction antiterroriste (Sdat) à Levallois-Perret, près de Paris. Il a ensuite été mis en examen pour "tentative d'assassinats terroristes", "association de malfaiteurs terroriste criminelle" et "fabrication d'explosif en relation avec une entreprise terroriste

>> Explosion d'un colis piégé à Lyon : que sait-on des quatre personnes en garde à vue ?

Trois de ses proches, ses deux parents et son petit frère, ont été été placés en garde à vue dans ce dossier. Ces gardes à vue ont toutes été levées jeudi "en l'absence d'éléments les incriminant à ce stade", a indiqué le parquet de Paris à franceinfo.