Attaque à Lyon : le suspect n'a "pas de signe extérieur qui montre une radicalisation", estime Gérard Collomb

Quatre jours après l'explosion d'un colis piégé, le maire de Lyon a fait le point sur l'enquête sur franceinfo. 

Gérard Collomb, maire de Lyon, sur franceinfo le 15 février 2017.
Gérard Collomb, maire de Lyon, sur franceinfo le 15 février 2017. (JEAN-CHRISTOPHE BOURDILLAT / FRANCE-INFO)

Au lendemain de l'interpellation d'un suspect suite à l'explosion d'un colis piégé à Lyon vendredi 24 mai, Gérard Collomb le maire de la ville a assuré mardi à franceinfo que l'homme ne présentait "pas de signe extérieur qui montre une radicalisation par le passé récent. Les voisins le décrivent comme quelqu’un de calme ou comme quelqu’un qui passait relativement inaperçu", poursuit-il. 

"Bien évidemment, les enquêteurs sont en train de l’interroger. On en saura plus dans quelques heures", a ajouté Gérard Collomb, confirmant que le suspect était "inconnu des services de police". Le maire de Lyon a indiqué que le suspect avait commandé sur internet un certain nombre d’éléments qui permettait de fabriquer "le type de bombe qu’il avait".

"Les enquêteurs pensaient qu’il pouvait y avoir des explosifs dans la maison"

Gérard Collomb raconte que le suspect a été retrouvé grâce à la vidéosurveillance. "Nos enquêteurs du Centre de protection ont regardé toutes les images de nos caméras une par une et l’ont progressivement retrouvé se dirigeant vers la banlieue d’Oullins. Et ensuite la vidéo protection de la ville d’Oullins a permis de le localiser", a-t-il précisé.

Concernant l’interpellation du suspect, Gérard Collomb affirme que "les enquêteurs pensaient qu’il pouvait y avoir des explosifs dans la maison". "Ils ont préféré attendre qu’il sorte, le laisser monter dans un bus, et lorsqu’il est descendu de ce bus, c’est là qu’ils l’ont arrêté dans un endroit calme où personne ne risquait d’être une victime collatérale de l’arrestation", a-t-il expliqué.