Redoine Faïd : le récit de 3 mois de traque

Une opération menée par la Brigade de recherche et d'intervention, dans la nuit du mercredi 3 octobre, a permis d'arrêter le fugitif le plus recherché de France. Elle s'est déroulée sans incident. Comment la police judiciaire est-elle remontée jusqu'à Redoine Faïd ?

C'est une voiture qui a amené la police sur les traces de Redoine Faïd, après trois mois de traque et d'enquêtes. Depuis quelques jours, les enquêteurs étaient persuadés qu'il se cachait dans un quartier de Creil (Oise), sa ville natale. Dès le week-end du 29 au 30 septembre, les policiers montent une surveillance autour d'un immeuble, jusqu'à l'arrestation du fugitif dans la nuit du mercredi 3 octobre. Une traque hors-norme. "C'est en se rapprochant des proches, des amis, que l'on se rapproche du noyau dur", explique Loïc Travers du syndicat Alliance police nationale.

Redoine Faïd s'est appuyé sur ses proches pendant ses cabales

Depuis son évasion spectaculaire le 1er juillet dernier à bord d'un hélicoptère, il était le fugitif le plus recherché de France. Près de 100 policiers ont été mobilisés pour le retrouver. Très vite, une conviction s'impose : il ne s'était pas échappé bien loin. Dès le lendemain, la voiture utilisée par Redoine Faïd et ses complices est retrouvée à Le Fay-Saint-Quentin (Oise). Une semaine plus tard, non loin de là, un chasseur retrouve un sac contenant des armes et des cagoules. Le fugitif est resté proche de son fief. Le 24 juillet, il refait surface non loin de là, à Sarcelles (Val-d'Oise). Il réussit à s'enfuir après une course poursuite. Six nouvelles perquisitions sont ensuite menées en septembre. Comme à chacune de ses cavales, Redoine Faïd s'est appuyé sur ses proches

Le JT
Les autres sujets du JT
Redoine Faïd lors de son procès aux Assises de Paris, le 27 février 2018.
Redoine Faïd lors de son procès aux Assises de Paris, le 27 février 2018. (BENOIT PEYRUCQ / AFP)