Évasion de Rédoine Faïd : le pilote raconte son calvaire

Le pilote de l'hélicoptère qui a permis l'évasion de Rédoine Faïd témoigne. Stéphane Buy a raconté mercredi 4 juillet sur RTL le calvaire qu'il a vécu le 1er juillet.

FRANCE 2

Stéphane Buy a 65 ans et 3 000 heures de vol à son actif. Un pilote expérimenté qui, dimanche dernier, comme chaque week-end, reçoit des clients sur l'aérodrome de Lognes (Seine-et-Marne). Deux hommes que Stéphane Buy connaît déjà. L'un a la cinquantaine, l'autre la vingtaine.

Dès leur arrivée dans le hangar, ils exigent de voler sur un modèle d'hélicoptère particulier : l'Alouette II. Stéphane Buy décolle sous la menace des deux hommes armés, qui lui demandent très vite de se poser dans un premier pré au sud de Paris. Ils le frappent avec la crosse d'un pistolet et exigent de prendre la direction de la prison de Réau (Seine-et-Marne).

"J'ai reçu un coup sur la tête, je suis tombé par terre, inconscient"

L'hélicoptère redécolle et se pose à nouveau dans une prairie quelques minutes plus tard pour récupérer des membres du commando. "À un moment, j'ai reçu un coup sur la tête, je suis tombé par terre, inconscient pendant quelques secondes", raconte-t-il. Stéphane Buy retrouve finalement ses esprits. Privé de téléphone et de GPS, il est guidé à vue d'œil jusqu'à la prison par le commando. L'hélicoptère repart alors avec Rédoine Faïd. Stéphane Buy, lui, sera relâché par le commando au nord de Paris sur un bord de route. C'est là que l'hélicoptère sera retrouvé incendié.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des enquêteurs inspectant l\'hélicoptère utilisé par Redoine Faïd et ses complices pour s\'évader de la prison de Réau (Seine-et-Marne), le 1er juillet 2018.
Des enquêteurs inspectant l'hélicoptère utilisé par Redoine Faïd et ses complices pour s'évader de la prison de Réau (Seine-et-Marne), le 1er juillet 2018. (MAXPPP)