Essonne : deux policiers agressés lors d'une interpellation dans la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes

Deux policiers se sont vus prescrire respectivement 21 et 30 jours d'incapacité totale de travail (ITT) après avoir été frappés et blessés lors d'une interpellation dans la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne), a appris franceinfo jeudi.

Deux policiers dans la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne), le 6 juin 2011.
Deux policiers dans la cité des Tarterêts à Corbeil-Essonnes (Essonne), le 6 juin 2011. (MAXPPP)

Deux policiers ont été blessés, mercredi 24 janvier, dans la cité des Tarterêts, à Corbeil-Essonnes (Essonne), lors d'une interpellation qui a mal tourné, a appris franceinfo de source proche de l'enquête, jeudi 25 janvier, confirmant une information du Parisien.

Cinq personnes ont été interpellées à la suite de ces agressions. Ces derniers vont voir leur garde à vue prolongée de 24 heures, a appris franceinfo de source judiciaire. Les deux policiers ont été blessés notamment au niveau des jambes. Ils se sont vus prescrire respectivement 21 et 30 jours d'incapacité totale de travail (ITT).

Deux hommes prennent la fuite sans raison...

Les faits se sont déroulés mercredi après-midi. Pour une raison inconnue, deux hommes de 15 et 22 ans prennent la fuite à l'arrivée d'un équipage de la brigade anti-criminalité (Bac). Les deux fuyards se réfugient dans un immeuble du quartier des Tarterêts.

Deux policiers les suivent au premier étage, où le mineur se réfugie dans son logement. Les fonctionnaires tentent alors d'interpeller l'homme majeur, qui cherche, lui aussi, à se barricader dans son appartement familial, situé sur le même palier. Les policiers se retrouvent coincés dans l'encadrement de la porte d'entrée, dont ils cherchent à empêcher la fermeture, mais des proches du fuyard tentent violemment de la claquer. Il s'agit des parents du jeune homme et de son oncle.

Au même moment, le jeune homme de 15 ans ressort de son appartement, duquel surgit un chien de race pitbull, qui mord l'adolescent. Le plus jeune des fuyards est finalement remis à la police par son père, tandis que l'autre jeune homme, décrit comme "très connu des services de police", ses parents, âgés de 60 et 68 ans, et son oncle de 39 ans, sont interpellés. Des renforts de police interviennent dans la foulée.