Essonne : 12 nouvelles interpellations après une rixe mortelle à Boussy-Saint-Antoine

Les suspects arrêtés sont tous mineurs. Ils sont soupçonnés d'être membres de bandes rivales de Quincy-sous-Sénart et d'Épinay-sous-Sénart.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La zone où une rixe mortelle s'est déroulée en février 2021 à Boussy-Saint-Antoine (Essonne). (THOMAS COEX / AFP)

12 nouvelles interpellations ont eu lieu mardi 28 septembre dans le cadre de l'enquête ouverte après une rixe mortelle à Boussy-Saint-Antoine (Essonne) au mois de février dernier, a appris franceinfo auprès du parquet de l'Essonne, confirmant une information de RTL. Les suspects arrêtés sont tous mineurs. Ils sont soupçonnés d'être membres de bandes rivales de Quincy-sous-Sénart et d'Épinay-sous-Sénart. Lors de cette bagarre entre bandes rivales, le 23 février, un adolescent de 14 ans avait été mortellement poignardé.

>> Essonne : ce que l'on sait de l'affrontement entre deux bandes d'adolescents qui a fait un mort à Boussy-Saint-Antoine

Les jeunes étaient armés pour certains de couteaux mais aussi de bâtons et de béquilles. La procureure d'Evry avait précisé lors d'une conférence de presse que l'affrontement avait été programmé par les deux bandes rivales qui s'étaient donné rendez-vous. "Il était prévu que les plus agés (17 ans) laissent les plus petits (13-14 ans) se battre sous leur surveillance. Les plus petits se sont battus, les plus grands étant en retrait".

Sept mineurs déjà mis en examen

Dans cette affaire le principal suspect du meurtre de l'adolescent de 14 ans, avait été mis en examen fin février pour "meurtre sur mineur de 15 ans" et de "tentative de meurtre sur mineur de 15 ans", et placé en détention provisoire. Cet adolescent de 15 ans est aussi mis en examen pour "participation à un groupement en vue de la préparation de violences". Il s’était rendu le soir de l'affrontement, admettant être l’auteur du coup de couteau qui a tué l'adolescent.

Six autres mineurs, âgés de 16 et 17 ans avaient été présentés à un juge dans cette affaire. Trois ont été mis en examen pour "violences en réunion sans incapacité" et "participation à un groupement en vue de la préparation de violences" et été placés sous contrôle judiciaire. Trois autres mineurs ont uniquement été mis en examen pour de "participation à un groupement en vue de la préparation de violences". Ils ont été placés sous contrôle judiciaire.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.