Enlèvement de Mia : "Complément d'enquête" a recueilli le témoignage du chauffeur du commando

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Enlèvement de Mia : "Complément d'enquête" a recueilli le témoignage du chauffeur du commando
franceinfo
Article rédigé par
France Télévisions

Cinq hommes sont mis en examen dans l’affaire de l’enlèvement de la petite Mia. Si quatre sont en détention provisoire, un autre est placé sous contrôle judiciaire. L'équipe de "Complément d'enquête" a pu le rencontrer et a recueilli son témoignage en exclusivité pour France Télévisions.

Le jour de l'enlèvement de la petite Mia, il était tout près, caché sur un parking dans sa voiture avec la mère de la fillette. Pour la première fois, devant les équipes du magazine de France 2 "Complément d'enquête", il a accepté d'évoquer ce tête à tête avec cette jeune femme qu'il ne connaissait pas mais qui s'est confiée à lui. Selon lui, la mère de Mia souffrait de ne pas voir sa fille. "C'est là où elle m'a dit qu'effectivement son droit de visite n'aurait pas été respecté. C'était peut-être une mythomane, mais si c'est vrai, franchement, ce n'est peut-être pas bien ce qui s'est passé, mais c'est inadmissible de séparer une enfant d'une mère", raconte-t-il.

Il aurait accepté 300 euros

Comme les quatre autres membres présumés du commando, cet homme est mis en examen pour enlèvement de mineur en bande organisée. Il est le seul à avoir été laissé libre. Ce chômeur de 60 ans domicilié en région parisienne dit avoir été contacté via Internet, pour un rôle de simple chauffeur : conduire la mère et l'enfant des Vosges jusqu'à la frontière Suisse. Pour cette mission, il aurait accepté 300 euros. Mais ses complices présumés l'auraient convaincu que Mia était en danger. "On m'a laissé entendre que la situation pouvait s'aggraver. On m'a parlé de pédocriminalité. Ça n'a pas été dit aussi explicitement mais c'est ce qui m'a été donné à comprendre", explique-t-il.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Enlèvement de Mia

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.