Cet article date de plus de trois ans.

En Seine-Maritime, un policier jette de l'acide sur sa femme et se suicide

L'épouse, grièvement blessée au visage, au cou et aux avant-bras reste hospitalisée. Ses jours ne sont pas en danger mais elle risque de perdre un oeil. Deux enquêtes ont été ouvertes, dont une pour viol sur conjoint.

Article rédigé par
Avec France Bleu Normandie - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Saint-Saëns, en Seine-Maritime. (GOOGLE MAPS)

Deux enquêtes sont désormais ouvertes à Saint-Saëns, en Seine-Maritime, la première pour rechercher les causes de la mort du policier qui a jeté des produits chimiques sur sa femme jeudi, et l'autre pour viol et violence par arme sur conjoint, a appris vendredi 8 mars France Bleu Normandie auprès du parquet de Dieppe.

Jeudi, un peu avant 9 heures, un policier a jeté ce qui semble être de l'acide sur sa compagne avant de se suicider avec son arme de service. La victime, âgée de 45 ans, a été brûlée au second degré au visage et sur la poitrine. Elle a été héliportée vers un service de grands brûlés à Percy en région parisienne. L'homme de 44 ans s'est ensuite suicidé en utilisant une arme à feu. Les enfants du couple étaient à l'école au moment des faits.

La victime risque de perdre un oeil

L'épouse, grièvement blessée au visage, au cou et aux avant-bras reste hospitalisée. Ses jours ne sont pas en danger mais elle risque de perdre un oeil. Elle n'est pas encore en mesure d'être interrogée par les gendarmes mais selon les premiers éléments de l'enquête, l'homme a conduit les enfants à l'école jeudi matin avant de rentrer chez lui. La suite est encore à éclaircir mais l'enquête pour viol sur conjoint laisse entendre que ce dernier aurait pu violer son épouse avant de lui jeter de l'acide au visage puis d'appeler les secours. Il s'est ensuite tiré une balle dans la tête avec son arme de service. Le suicide a été confirmé par l'autopsie.

Selon France Bleu Normandie, ce policier rouennais était apprécié de ses collègues et de sa hiérarchie. "C'est bien dans l'histoire familiale qu'il faudra chercher les raisons de son geste", a indiqué le procureur de la République de Dieppe. Depuis plusieurs mois, le couple avait apparemment des problèmes conjugaux. Les deux enfants ont été recueillis par de la famille. L'enquête est menée par les gendarmes de Neufchatel-en-Bray.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.