Marseille : les recherches continuent, la colère des habitants monte

À Marseille (Bouches-du-Rhône), la journaliste Audrey Richier fait le point sur la situation, au lendemain de l'effondrement de trois immeubles.

Après l'effondrement de trois immeubles, lundi 5 novembre, à Marseille (Bouches-du-Rhône), l'émotion est toujours très forte. "Depuis une bonne demi-heure, une centaine d'habitants s'est massée autour de nous, au plus près de la zone des immeubles effondrés", rapporte la journaliste Audrey Richier, en direct de la rue d'Aubagne. "On nous annonçait d'abord un rassemblement d'hommages aux victimes de cet effondrement, mais très vite ce rassemblement s'est transformé en une manifestation de colère, la colère des habitants du quartier de Noailles", précise-t-elle.

Le maire de Marseille hué par les habitants

"La principale cible de cette colère est Jean-Claude Gaudin, le maire de la ville, qui est encore hué. Les habitants du quartier lui reprochent d'avoir abandonné les Noailles en laissant les immeubles se détériorer", explique Audrey Richier. Les recherches de survivants dans les décombres des immeubles qui se sont effondrés se poursuivent et devraient continuer toute la nuit du mardi 6 novembre.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des pompiers et un chien renifleur recherchent d\'éventuelles victimes dans les décombres des immeubles effondrés, rue d\'Aubagne à Marseille, le 6 novembre 2018.
Des pompiers et un chien renifleur recherchent d'éventuelles victimes dans les décombres des immeubles effondrés, rue d'Aubagne à Marseille, le 6 novembre 2018. (LOIC AEDO / BMPM / AFP)