Dordogne : licencié pour avoir mangé une banane, un ex-salarié de Leclerc fixé sur son sort le 11 décembre

Le jeune homme se défend d'avoir volé le fruit et explique l'avoir mangé parce qu'il se sentait "en hypoglycémie".  Les prud'hommes rendront leur décision le 11 décembre.

Photo d\'illustration de l\'enseigne d\'un centre commercial E. Leclerc.
Photo d'illustration de l'enseigne d'un centre commercial E. Leclerc. (MAXPPP)

Le tribunal des prud'hommes de Périgueux (Dordogne) examinait lundi 30 octobre le cas d'un ex-salarié du centre commercial de Trélissac licencié pour faute grave, fin 2016. Sa direction lui reprochant d'avoir volé une banane dans la réserve et de l'avoir mangée sur place.

Le jeune homme, qui a depuis intégré l'armée de terre, se défend d'avoir volé le fruit et explique l'avoir mangé parce qu'il se sentait "en hypoglycémie". Présent à l'audience lundi, il a expliqué ne pas comprendre la sanction que lui a été infligée.

"Que ce soit une banane, un manteau, ou quelque chose de plus important, on est sur un vol"

"J'avais fait mes preuves dans l'entreprise, je n'avais eu aucun reproche de la part de mon patron, je ne comprends pas du tout", explique l'ex-salarié de Leclerc.

Mais la direction refuse de transiger : "C'est une question de principe", souligne l'avocate du groupe, Me Pascale Gauclère. "A partir du moment où vous avez un règlement intérieur qui est affiché dans les locaux, qui est extrêmement précis, il doit être respecté par tout le monde. Que ce soit une banane, un manteau, ou quelque chose de plus important, on est sur un vol", résume-t-elle. Les prud'hommes rendront leur décision le 11 décembre.

Me Pascale Gauclère : "C'est une question de principe"
--'--
--'--