Cet article date de plus de huit ans.

Disparus du Verdon : les recherches ont coûté près de 65 000 euros

Un important dispositif de recherche avait été déployé jeudi, après le signalement de leur disparition. Les deux couples étaient en fait rentrés chez eux.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Trois policiers transportent le canoë des quatre touristes disparus près du lac de Sainte-Croix, dans le Verdon, le 16 août 2013. (FRANCK PENNANT / AFP)

La facture est salée. La préfecture du Var a évalué, lundi 19 août, à environ 65 000 euros le coût des recherches engagées pour retrouver deux couples portés disparus jeudi dans le Verdon. Les quatre touristes étaient en fait rentrés chez eux sans prévenir les secours, dans la région de Manosque (Alpes-de-Haute-Provence).

Le préfet du Var précise, dans un communiqué, que ce coût comprend "l'engagement de 123 journées-hommes, de moyens aériens, nautiques et terrestres et d'équipes cynophiles" au sein du dispositif mis en place de jeudi à samedi. La facture fait état de 5 200 euros pour l'intervention des sapeurs-pompiers et de 59 482 euros pour le dispositif déployé par la gendarmerie. 

Eviter des secours "engagés inutilement"

Le préfet du Var précise également qu'il va demander "aux prestataires de loisirs et aux loueurs de prendre en compte aussi précisément que possible l'identité et les coordonnées des usagers". En effet, le loueur n'avait pu fournir l'identité des deux couples.

De son côté, le procureur de Draguignan a aussi rappelé, lundi, qu'en cas de changement de programme, les usagers doivent prévenir les forces de l'ordre afin que "les secours engagés inutilement puissent être mobilisés là où on a vraiment besoin d'eux"

Les deux couples qui avaient loué un canoë sur la plage du Galetas à Aiguines (Var) ont reconnu l'avoir abandonné, sans prévenir quiconque, après une dispute. Visiblement "inquiets des conséquences" de leur acte, les quadragénaires "avaient renoncé à se manifester", a affirmé samedi la procureure de la République à Draguignan. Elle avait alors souligné qu'il était impossible d'engager des poursuites judiciaires à leur encontre. Dimanche, le sous-préfet du Var a fustigé au micro de France 2, le comportement de ces "indélicats" qui "préfèrent faire profil bas alors que tout le monde les recherche".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.