Mort de Steve Maia Caniço : son téléphone "bornait" au moment de l'intervention policière

Dans son rapport daté de juillet, l’IGPN avait pour sa part évoqué un bornage du téléphone de Steve une heure avant l'intervention policière sur l'île de Nantes.

La fresque en hommage à Steve Maia Caniço, quai Wilson, sur l\'île de Nantes.
La fresque en hommage à Steve Maia Caniço, quai Wilson, sur l'île de Nantes. (SIXTINE LYS / FRANCE-BLEU LOIRE OCÉAN)

Le téléphone de Steve Maia Caniço "bornait", c'est-à-dire qu'il fonctionnait encore, au moment de l'intervention policière lors de la Fête de la musique à Nantes, a appris franceinfo mardi 10 septembre. Une source proche du dossier indique que "le téléphone a borné une dernière fois à 4h33", selon l'enquête judiciaire. Ce nouvel élément a été obtenu grâce à l’exploitation de la téléphonie sur réquisition judiciaire. 

Dans son rapport administratif daté de juillet, l’IGPN, qui n’avait pas les compétences pour exploiter la téléphonie, avait évoqué "un dernier déclenchement de relais à 3h16", soit une bonne heure avant l’action des forces de l’ordre, et n'avait pas fait mention d'un bornage plus tard dans la nuit. 

"La famille de Steve Maïa Caniço est convaincue de la concomitance de la chute de Steve dans la Loire et l'intervention policière", a déclaré à franceinfo l'avocate de la famille de la victime, maître Cécile De Oliveira. "Dès la révélation publique des conclusions du rapport de l'IGPN par le Premier ministre, j'ai fait part de la mauvaise qualité de ce rapport rédigé à la hâte avec une faible fiabilité. La famille attend loyauté et courage dans la recherche de la vérité", a ajouté l'avocate.

Critiques sur l'intervention des forces de l'ordre

Le 30 juillet dernier, le Premier ministre Édouard Philippe avait fait valoir que le rapport de l'IGPN n'établissait "pas de lien" entre l'intervention policière et la disparition du jeune homme.

Steve Maia Caniço, 24 ans, a disparu le soir de la Fête de la musique au cours d'une soirée sur l'île de Nantes. Son corps a été retrouvé fin juillet dans la Loire. Sa mort a suscité une forte émotion et de vives critiques sur l'intervention des forces de l'ordre dans la nuit du 21 au 22 juin. Des participants à la soirée dénoncent une intervention policière disproportionnée, menée dans un nuage de gaz lacrymogènes aveuglants et ayant semé la panique. Tombées à l'eau, plusieurs personnes ont été repêchées dans la Loire par les secours.