Hommage à Steve Maia Caniço : la maire de Nantes "condamne avec la plus grande fermeté" les violences en marge de la manifestation

Johanna Rolland attend "que toute la vérité soit rendue" après la mort de Steve Maia Caniço, et condamne des "dégradations inexcusables" à Nantes samedi, après la manifestation contre les violences policières.

Johanna Rolland, la maire de Nantes, le 27 mars 2019 à Nantes (Loire-Atlantique).
Johanna Rolland, la maire de Nantes, le 27 mars 2019 à Nantes (Loire-Atlantique). (LOIC VENANCE / AFP)

"Des groupuscules ont commis des dégradations qui sont évidemment inexcusables et que je condamne avec la plus grande fermeté", a réagi la maire de Nantes Johanna Rolland, invitée de franceinfo samedi 3 août, alors que la manifestation, en hommage à Steve Maia Caniço et contre les violences policières, a été émaillée de violences.

Si dans la matinée un rassemblement silencieux en hommage à Steve Maia Caniço s'est déroulé dans le calme le long du bras de la Madeleine, des incidents ont rapidement éclaté lors d'un défilé organisé, lui, à partir de 13 heures. D'autres rassemblements ont eu lieu un peu partout en France.

>> Suivez notre direct sur la manifestation contre les violences policières à Nantes

La maire de Nantes a salué le premier rassemblement, qui s'est déroulé dans le calme, dans la matinée, "un recueillement particulièrement digne, dans le respect de ce que la famille de Steve avait demandé avec une dignité qui force le respect", mais a ensuite condamné "des dégradations inexcusables" en marge de la manifestation contre les violences policières.

"C'est une ville entière qui s'interroge"

Le corps du jeune homme, disparu la nuit d'une opération de police controversée pendant la Fête de la musique à Nantes, a été retrouvé dans la Loire lundi 29 juillet. "C'est une ville entière qui est plongée dans l'émotion, c'est une ville entière qui s'interroge, qui attend toute la vérité et qui attend que la justice puisse faire son travail", a poursuivi Johanna Rolland.

"À Nantes aujourd'hui, on oscille entre la colère et la tristesse mais surtout une attente forte : que toute la vérité soit rendue", a-t-elle ajouté. Alors que l'instruction judiciaire suit son cours, la maire de Nantes estime désormais "que la plus totale des transparences doit être de mise."

Ce jeune homme n'est pas tombé tout seul dans la Loire. L'attente numéro un, à Nantes, c'est que la vérité soit faite.Johanna Rollandà franceinfo

"Il y avait ce soir-là une Fête de la musique, en France, à Nantes comme dans toutes les grandes villes du pays, et que nos enfants, nos petits-enfants doivent aller danser, chanter, faire la fête sans que ce risque existe. C'est bien pour ça que ce qui se passe prend aujourd'hui autant d'ampleur. Encore une fois, c'est l'enquête qui doit faire son travail mais l'attente de vérité à Nantes est très très forte", a poursuivi Johanna Rolland.

"La France a besoin de police et de justice"

Quant à la responsabilité sur la mort de Steve Maia Caniço, la maire de Nantes questionne surtout "la stratégie" adoptée lors de la soirée par les forces de l'ordre. "Je crois qu'il ne faut pas confondre l'action des policiers et la responsabilité des ordres qui sont donnés, a-t-elle dit. Il faut saluer et reconnaître que les policiers font un travail difficile. La France a besoin de police et de justice."

Ce qui est interrogé, dans le cas de Nantes, c'est la stratégie, c'est l'ordre. C'est ce qui fait que ce jeune homme s'est retrouvé à l'eau, avec la fin tragique que l'on connaît.Johanna Rollandà franceinfo

Johanna Rolland veut aussi laisser le temps à la justice d'enquêter : "Aujourd'hui, on est dans le temps de l'émotion, dans le temps médiatique. Le temps de la justice, ce n'est pas celui-là. Je crois qu'il faut laisser ce temps."

Selon elle, "personne ne peut transiger sur la transparence quand la mort d'un jeune homme est en jeu. Je fais confiance à la justice de mon pays, par principe. Par contre, nous ne transigerons à aucun moment, d'aucun millimètre, sur le fait que les Nantais attendent la vérité, toute la vérité. Et que un rapport approximatif, par exemple, ça ne contribue pas à toute la vérité."