Disparition de Magali Blandin : deux hommes et une femme mis en examen notamment pour "tentative d’extorsion en bande organisée"

Selon le mari de la disparue, ces mises en examen seraient liées à "une dette" et non à Magali Blandin. Lui-même est en garde à vue avec l'un de ses voisins. La justice cherche à déterminer leur rôle dans la disparition de la mère de famille.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La cité judiciaire de Rennes (Ille-et-Vilaine). (LUCIE AMADIEU / RADIOFRANCE)

Deux hommes et une femme ont été mis en examen notamment pour "tentative d’extorsion en bande organisée", a indiqué jeudi 18 mars au soir le parquet de Rennes dans un communiqué, en marge de la disparition de Magali Blandin. Dimanche 14 mars, cinq personnes, quatre hommes et une femme âgés de 28 à 46 ans, ont été interpellés pour une tentative d’extorsion en bande organisée commise au préjudice du mari de Magali Blandin.

L’un a été mis en examen pour "tentative d’extorsion en bande organisée et meurtre en bande organisée et placé en détention provisoire", sa compagne pour "tentative d’extorsion en bande organisée et placée sous contrôle judiciaire", un autre pour "tentative d’extorsion en bande organisée" et placé aussi en détention provisoire.

Le mari de Magali Blandin avait alerté le juge d’instruction, indiquant qu’il se sentait menacé et qu’il était victime d’une tentative d’extorsion. Les éléments recueillis attestent effectivement "d’une tentative d’extorsion qu’ils disent cependant sans lien avec la disparition de Magali Blandin, mais liée à une simple dette du mari de celle-ci", indique le parquet de Rennes.

Un "projet criminel" visait la jeune femme

Par ailleurs, deux autres personnes sont encore en garde à vue dans les locaux de la Section de recherche de Rennes, notamment le mari de Magali Blandin interpellé jeudi en début d’après-midi et placé en garde à vue. Un voisin qui a été interpellé mardi 16 mars à proximité de Cherbourg est également toujours en garde à vue.

Les investigations ont permis de mettre à jour "un projet criminel" à l'automne 2020 visant la jeune femme. "Il convient désormais de préciser les termes de ce projet criminel et le rôle de l'ensemble des protagonistes ayant pu y concourir", poursuit le parquet de Rennes.

Cette mère de famille de 42 ans a disparu depuis le 11 février 2021 à Montfort-sur-Meu, près de Rennes (Ille-et-Vilaine). D’intenses recherches ont été menées depuis. Les gendarmes ont déployé de gros moyens, terrestres et nautiques pendant plusieurs jours, des battues ont été organisées, sans succès. Un point presse sera organisé au terme des gardes à vues en cours, précise le parquet.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.