Savoie : le corps d'un jeune homme exhumé pour vérifier une éventuelle piste Nordahl Lelandais

Thomas Rauschkolb, 18 ans, est mort dans la nuit du 26 au 27 décembre 2015, à proximité d'une boîte de nuit de Grésy-sur-Aix dans laquelle il avait passé la soirée.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Nordahl Lelandais sur une photo publiée sur son compte Facebook. (FACEBOOK)

Un nouveau rebondissement dans l'enquête sur Nordahl Lelandais ? Le corps d'un homme mort en 2015 près de Chambéry (Savoie) a été exhumé la semaine passée dans le cadre d'une enquête pour meurtre, a annoncé lundi 15 mars l'avocat de la famille, confirmant une information de RTL et du Parisien. Bernard Boulloud avait relancé ce dossier en invoquant la possible implication du meurtrier présumé de la petite Maëlys.

Thomas Rauschkolb, 18 ans, est mort dans la nuit du 26 au 27 décembre 2015 à proximité d'une boîte de nuit de Grésy-sur-Aix, dans le même département, dans laquelle il avait passé la soirée. Le jeune homme avait été retrouvé dans un torrent après avoir franchi "deux palissades", dont une où il a laissé une ceinture. "Il fuyait quelqu'un, c'est obligatoire", estime Bernard Boulloud. "Il y a forcément, pour les parents, une piste criminelle", qui n'a pas été étudiée en 2015, ajoute l'avocat, qui précise qu'aucune autopsie n'avait alors été réalisée.

Une plainte contre X pour meurtre

L'avocat avait été saisi par la famille à la suite d'une photo qui montrait l'ancien maitre-chien Nordahl Lelandais présent dans cette même discothèque trois ans avant, en 2012. Il avait déposé une plainte contre X pour meurtre, saisi un juge d'instruction et le corps de Thomas Rauschkolb a été exhumé le 9 mars "pour voir si la piste accidentelle est confirmée", selon Bernard Boulloud. "On va ouvrir plusieurs portes", dont la piste Lelandais est "l'une des premières", poursuit l'avocat des parents.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Nordahl Lelandais

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.