Affaire Maëlys : le procureur de Grenoble dément la découverte d'ADN de la fillette chez Nordahl Lelandais

Le 14 février, l'ancien maître-chien de l'armée de terre a avoué avoir "accidentellement" tué la fillette de 9 ans. 

Photos non datées de Maëlys, disparue dans la nuit du 26 au 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin (Isère).
Photos non datées de Maëlys, disparue dans la nuit du 26 au 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin (Isère). (MAXPPP)

Nouvel élément dans l'affaire Maëlys ? Le procureur de la République de Grenoble a démenti auprès de France 2, jeudi 15 mars, la présence d'ADN de l'enfant au domicile de Nordahl Lelandais. Des sources proches de l'enquête ont pourtant affirmé le contraire à la chaîne mercredi, évoquant plus précisément la découverte d'ADN sur le canapé du mis en examen. Le 14 février, l'ancien maître-chien de l'Armée de terre, âgé de 35 ans, a avoué avoir tué "accidentellement" la fillette de 9 ans, disparue lors d'un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère) le 27 août 2017.

Une trace de sang déjà découverte dans le coffre

Nordahl Lelandais est mis en examen depuis novembre pour l'enlèvement et le meurtre de la fillette, faits qu'il avait constamment niés depuis son arrestation début septembre, avant de passer aux aveux.

Il avait ensuite mené les enquêteurs à l'endroit où il avait abandonné le corps. Les restes de l'enfant y ont été retrouvés. Un rebondissement intervenu après la découverte, par les enquêteurs, d'une trace de sang de Maëlys dans le coffre de sa voiture, qu'il avait pourtant minutieusement nettoyée le lendemain du mariage.