Cet article date de plus de deux ans.

Affaires Lelandais : la famille d'un Isérois disparu en 2010 demande la réouverture de l'enquête

Pour Yves Suppo, père de Nicolas Suppo disparu le 15 septembre 2010, Nordahl Lelandais "est soupçonné de faits si proches de la région grenobloise que l’on ne peut pas faire l’impasse sur ces recherches".

Article rédigé par
Avec France Bleu Isère - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Colonel Pascal Claisse (à gauche) et le procureur de Chambéry, Thierry Dran (à droite), le 20 décembre 2017. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

La famille d'un Isérois disparu il y a sept ans vient de demander au procureur de la République de Grenoble la réouverture de l'enquête sur la disparition de leur fils, selon les informations recueillies par France Bleu Isère. Elle souhaite savoir si Nordahl Lelandais, mis en examen dans deux autres affaires, n'aurait pas croisé la route de leur fils.

Nicolas Suppo a disparu le 15 septembre 2010. Cet ouvrier de 30 ans habitait à Hurtières, en Isère, et travaille à Echirolles, à côté de Grenoble. Il a quitté ses collègues à sa pause de midi et n'est jamais réapparu. Nicolas était parti sans ses papiers d'identité et sans sa carte bleue. La justice a ouvert une enquête pour disparition inquiétante. Au bout de quatre ans, elle a rendu un non-lieu, faute d’indices nouveaux auxquels raccrocher l’enquête.

"Depuis sept ans, nous n'avons reçu aucun signe de vie de Nicolas"

"J’ai écrit, samedi, au procureur de la République de Grenoble pour demander la réouverture d’une instruction, au regard des nouveaux éléments liés à Nordahl Lelandais", explique Yves, le père de Nicolas Suppo. "Depuis sept ans, nous n'avons reçu aucun signe de vie de Nicolas. On ne sait pas ce qui lui est arrivé."

"Nicolas est quelqu'un de discret", explique de son côté Janine, sa mère. "Quand je l'ai vu le week-end précédent sa disparition, il semblait mal dans sa peau, angoissé. La police a fait ce qu'elle a pu mais elle manque de moyens", souligne t-elle.

"On ne peut pas faire l’impasse sur ces recherches"

Depuis sept ans, Yves Suppo arpente la France à bord de son camping-car pour tenter de retrouver un indice qui le mettrait sur la piste de son fils disparu. Le cas de Nicolas Suppo est relayé par la section régionale de l'Association de recherche des personnes disparues.

En Auvergne-Rhône-Alpes, huit autres familles de personnes disparues ont déjà demandé à vérifier si leur dossier a un lien avec Nordahl Lelandais. "Il est soupçonné de faits si proches de la région grenobloise que l’on ne peut pas faire l’impasse sur ces recherches", insiste Yves Suppo.

Nordahl Lelandais a été mis en examen dans deux affaires : celle de la disparition de la petite Maëlys à Pont-de-Beauvoisin (Isère) et celle de l'assassinat du militaire Arthur Noyer près de Chambéry (Savoie).

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.