Affaire Maëlys : Nordahl Lelandais explique avoir giflé la fillette, ce qui aurait provoqué sa mort

Le principal suspect dans l'enquête sur la mort de Maëlys, a reconnu avoir giflé la fillette lors de son audition, a appris franceinfo vendredi.

Photos non datées de Maëlys, disparue dans la nuit du 26 au 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin (Isère).
Photos non datées de Maëlys, disparue dans la nuit du 26 au 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin (Isère). (MAXPPP)

Nordahl Lelandais a reconnu avoir giflé la petite Maëlys, et c'est ce coup qui, selon lui, a entraîné la mort de la fillette, a appris vendredi 6 avril le service police-justice de franceinfo, confirmant une information de BFMTV.

Lors de son audition du 19 mars, l'ancien militaire a expliqué avoir voulu montrer ses chiens à la fillette, dans la nuit du 26 au 27 août 2017, alors que tous les deux participaient à un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère). Dans la voiture, l'enfant a paniqué, lui a demandé de faire demi-tour, et toujours selon sa version, s'est mise à s'agiter et à crier. C'est dans ce contexte qu'il lui a mis une gifle qui lui a fait perdre connaissance.

Il explique ensuite avoir tenté de prendre son pouls, en vain. Ayant constaté son décès, Nordahl Lelandais dit avoir déposé le corps de Maëlys dans une cabane près de chez ses parents.

C'est après être retourné au mariage que l'ex-maître-chien dit être revenu chercher le corps de l'enfant pour le cacher dans le massif de la Chartreuse.

Il s'agit de sa version des faits et les investigations se poursuivent.

Deux mises en examen pour meurtre

Le 14 février, Nordahl Lelandais avait avoué avoir tué l'enfant "involontairement", sans donner plus de précisions à l'époque. Il avait guidé les enquêteurs jusqu'au corps de la fillette.

Le 29 mars, Nordahl Lelandais a également avoué avoir tué le caporal Arthur Noyer, évoquant une "bagarre" qui aurait entraîné une chute mortelle, selon un communiqué du parquet de Chambéry publié vendredi.

Nordahl Lelandais a été mis en examen pour l'enlèvement et le meurtre de Maëlys, et pour l'assassinat d'Arthur Noyer.