Cet article date de plus de deux ans.

Affaire Maëlys : jugé pour avoir encensé Nordahl Lelandais, un Mosellan reconnaît que ce n'était "pas vraiment drôle"

Les parents de Maëlys ont fait 400 km pour assister à ce procès, vendredi à Sarreguemines (Moselle). Le parquet a requis dix mois de prison, dont six à huit avec sursis, contre cet homme jugé pour avoir insulté la fillette et fait l'apologie de son meurtrier présumé, Nordahl Lelandais.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les parents de Maëlys (premier plan) attendent le début du procès, devant le tribunal correctionnel de Sarreguemines, d'un homme qui a insulté leur fille sur Facebook. (RADIO FRANCE / CÉCILE SOULÉ)

Le tribunal correctionnel de Sarreguemines (Moselle) rendra son jugement le 22 juin à l'encontre d'un homme jugé pour avoir insulté la petite Maëlys et fait l'apologie de son meurtrier présumé, Nordahl Lelandais, sur sa page Facebook, rapporte France Bleu Lorraine Nord, vendredi 18 mai. Le prévenu a comparu vendredi en présence des parents de Maëlys. Le parquet a requis dix mois de prison, dont six à huit avec sursis.

Jugé pour apologie publique de crime, l'homme de 27 ans a expliqué lors de l'audience avoir écrit ces mots "dans un contexte". "C'était de la surenchère, je ne le pensais pas", a-t-il déclaré.  Le contexte était celui d'un groupe fermé d'humour noir sur Facebook. "Ce n'est pas vraiment drôle, a-t-il reconnu. J'y suis allé un peu fort."

Les parents de Maëlys ont assisté au procès

Les parents de Maëlys ont fait 400 km pour assister à ce procès à Sarreguemines. Ils ont expliqué avoir fait le déplacement parce que "ce sont les propos les plus outrageants" proférés jusqu'ici dans cette affaire, selon leur avocat. "Ça fait neuf mois qu'on est dans la souffrance, témoigne le père de l'enfant, qu'on nous fasse encore du mal sur les réseaux sociaux, ça devient compliqué."

Le prévenu avait posté des commentaires injurieux à l'égard de la petite fille de 9 ans enlevée lors d'un mariage l'été dernier à Pont-de-Beauvoisin, en Isère, avant d'être tuée. Sous sa photo, ce Mosellan avait écrit que Maëlys était "une gamine moche" et que Nordahl Lelandais était "un grand homme" qui devait être "admiré et respecté".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.