Affaire Maëlys : les points que conteste l'avocat de Nordahl Lelandais

Selon Alain Jakubowicz, le procureur de Grenoble Jean-Yves Coquillat a donné à la presse une chronologie "impossible" de la nuit où la fillette a disparu.

Alain Jakubowicz, l\'avocat de Nordahl Lelandais, le 13 novembre 2015 à Lyon (Rhône). 
Alain Jakubowicz, l'avocat de Nordahl Lelandais, le 13 novembre 2015 à Lyon (Rhône).  (ROMAIN LAFABREGUE / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

L'avocat Alain Jakubowicz, qui défend Nordahl Lelandais suspecté d'avoir enlevé et tué Maëlys fin août en Isère, a lourdement mis en cause, lundi 4 décembre, le procureur de Grenoble, Jean-Yves Coquillat. Il l'a accusé d'avoir donné à la presse une chronologie "impossible" de la nuit où a disparu la fillette. Franceinfo revient sur les principaux points contestés par l'avocat du principal suspect. 

>>>RECIT. Disparition de la petite Maëlys : les troublants allers-retours de Nordahl Lelandais, minute par minute

Sur la chronologie 

La version de l'avocat de l'accusé. Alain Jakubowicz affirme que la fillette était toujours dans la salle de mariage à 3h15, dans la nuit du 26 au 27 août, où elle a disparu. La chronologie des faits détaillée jeudi dernier par le procureur de Grenoble lors d'une conférence de presse est "impossible", a-t-il déclaré sur le plateau de BFMTV. "Nous savons avec une quasi-certitude qu'avant 3h30 personne ne s'inquiète de la disparition de Maëlys". Selon lui, le cousin de la mère de Maëlys a affirmé à trois reprises devant les enquêteurs qu'il avait vu Maëlys à 3h15 dans la salle de mariage.

La version du procureur. Pour les enquêteurs, c'est à 2h45 que la fillette a disparu. "2h46 et 12 secondes", selon le procureur, Nordahl Lelandais met son téléphone en "mode avion" et devient injoignable. Une minute plus tard, à 2h47, une voiture correspondant à l'Audi A3 de Nordahl Lelandais est filmée dans le centre-ville de Pont-de-Beauvoisin. Le suspect assure "que ce n'était pas sa voiture", malgré les conclusions de l'enquête.

Sur la silhouette filmée dans la voiture 

La version de l'avocat de l'accusé. L'avocat de Nordahl Lelandais affirme que la silhouette apparaissant sur une vidéo de surveillance n'était pas celle d'une enfant mais celle d'une femme. "Ce n'est pas vrai qu'on distingue une enfant" sur cet enregistrement qui est une pièce importante de l'accusation, a affirmé Alain Jakubowicz. Selon lui, la forme que l'on distingue sur le siège passager avant du véhicule présente des cheveux détachés et une forme de col de robe différente de celle que portait la fillette disparue avec, surtout, "un décolleté de femme" et non d'enfant.

La version du procureur. Selon le procureur, à 2h47, soit deux minutes après la disparition de la fillette selon les enquêteurs, une voiture correspondant à l'Audi A3 de Nordahl Lelandais est filmée dans le centre-ville de Pont-de-Beauvoisin. Le suspect assure "que ce n'était pas sa voiture", malgré les conclusions de l'enquête. "A l'avant du véhicule, une silhouette frêle, de petite taille, qui est vêtue d'une robe blanche, se trouve sur le siège passager avant", a précisé le procureur lors de sa conférence, sans pour autant affirmer qu'il s'agissait de Maëlys.