Cet article date de plus de sept ans.

Les recherches du corps de Fiona vont reprendre

L'audition de Cécile Bourgeon, la mère de la fillette, a convaincu les enquêteurs de chercher à nouveau son corps, une semaine après des recherches infructueuses dans une forêt.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un gendarme mobilisé lors des recherches du corps de la petite Fiona, le 27 septembre 2013 à Aydat (Puy-de-Dôme). (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)

Le procureur de la République de Clermont-Ferrand, Pierre Sennès, a indiqué jeudi 10 octobre que les recherches allaient reprendre dans la matinée pour tenter de retrouver le corps de la petite Fiona, 5 ans. Sa disparition avait été signalée le 12 mai dernier, avant que la mère et le beau-père de l'enfant reconnaissent avoir dissimulé sa mort, trois mois plus tard. De premières recherches infructueuses avaient eu lieu la semaine passée à la lisière d'une forêt près de Clermont-Ferrand, sur les indications de la mère de Fiona, Cécile Bourgeon, et du concubin de cette dernière, Berkane Maklouf.

C'est à la suite d'une nouvelle audition de la mère, survenue mercredi, que ces recherches sont entreprises. Ces nouvelles fouilles se dérouleront en présence de Cécile Bourgeon, mise en examen et placée en détention dans la maison d'arrêt de Lyon-Corbas.

Une meilleure collaboration de la mère attendue

Au cours de son audition mercredi, Cécile Bourgeon avait affirmé "de manière très émouvante et ferme qu'elle fera[it] tout pour aider à retrouver le corps de Fiona", selon son avocat, Me Gilles-Jean Portejoie, assurant qu'elle était "dans une logique de collaboration absolue avec les enquêteurs". "Ma cliente a confirmé les déclarations qu'elles avait faites dans le cadre de sa garde à vue", a déclaré Me Portejoie, qualifiant l'audition "d'éprouvante". "Elle a pris du recul et reconstitué tout dans sa tête et elle pense être en mesure de collaborer plus efficacement" que lors des précédentes recherches.

L'audition de Cécile Bourgeon par les juges d'instruction, ainsi que celle de son compagnon Berkane Maklouf, prévue vendredi matin, est "une étape procédurale indispensable" avant la reprise des recherches du corps, selon le procureur de la République Pierre Sennès.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.