Affaire Fiona : la mère accuse son compagnon d'avoir tué l'enfant

La mère de Fiona est passée aux aveux, mercredi soir. 

Un avis de recherche de la petite Fiona est placardé sur un arbre dans le parc Montjuzet, le 17 mai 2013, à Clermont-Ferrand.
Un avis de recherche de la petite Fiona est placardé sur un arbre dans le parc Montjuzet, le 17 mai 2013, à Clermont-Ferrand. (MAXPPP)

L'affaire Fiona semble toucher à sa fin. Lors de sa garde à vue, la mère de la fillette, Cécile Bourgeon, est passée aux aveux, mercredi 25 septembre, a révélé France 3. La mère accuse son compagnon, Berkane Maklouf, lui aussi en garde à vue, d'avoir tué Fiona, 5 ans. Jeudi, la recherche du corps de la petite s'orientait vers le lac d'Aydat (Puy-de-Dôme).

L'avocat de Cécile Bourgeon a confirmé dès mercredi soir ces aveux à l'AFP. Fiona "est morte accidentellement à la suite de coups que la mère n'a pas portés personnellement", a-t-il précisé. La mère et son compagnon ont ensuite enterré l'enfant près du lac d'Aydat, à une vingtaine de km de Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), selon France 3 Auvergne. De son côté, le beau-père a reconnu que l'enfant était morte après avoir reçu des coups quelques jours auparavant. "Il a reconnu un accident domestique et que le couple avait monté un scénario. Selon lui, l'enfant s'est étouffée dans son vomi. Ils l'ont trouvée le matin dans cet état et ont paniqué", a expliqué son avocat.

Au fil de la journée, plusieurs éléments sont venus fragiliser la version de la mère, qui assurait, depuis le 12 mai, que sa fille avait disparu alors qu'elle jouait dans le parc de Montjuzet, sur les hauteurs de Clermont-Ferrand. Francetv info fait le point.

La mère ne se trouvait pas dans le parc

Depuis le début de l'affaire, les enquêteurs n'ont jamais pu établir avec certitude la présence de Fiona dans le parc ce jour-là. Et une source proche du dossier a confié, mercredi, que la mère ne s'y trouvait pas non plus : "L'enquête a permis d'établir que la mère n'était pas dans le parc, contrairement à ce qu'elle a affirmé."

Dans sa version initiale des faits, Cécile Bourgeon affirmait que Fiona avait disparu le 12 mai, vers 17 heures, alors qu'elle jouait avec sa petite sœur dans le parc. La mère, alors enceinte de six mois, disait s'être assoupie sur un banc.

Le couple s'était renseigné sur les disparitions d'enfants 

Autre élément troublant, Le Parisien rapporte que la mère et le beau-père de Fiona ont consulté, quelques jours avant la disparition présumée de l'enfant, des archives de presse sur Internet concernant des affaires de disparitions d'enfants.

Une soirée arrosée quelques jours avant le 12 mai

Outre la mère et son compagnon, les policiers ont placé en garde à vue trois de leurs proches. L'enquête, notamment grâce à une surveillance étroite, "a permis d'établir que les cinq personnes gardées à vue ont fait la fête et étaient très alcoolisées la veille ou l'avant-veille de la disparition présumée", explique une source de l'AFP. Les enquêteurs "pensent que quelque chose s'est passé ce soir-là".