Disparition de Delphine Jubillar : le mari de l'infirmière placé en garde à vue

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Disparition de Delphine Jubillar : le mari de l'infirmière placé en garde à vue
france 2
Article rédigé par
N.Perez, M.Lassaga, M.Brisse, F.Guinle, V.Galy, France 3 Occitanie, G.Vaudry - France 2
France Télévisions

Tout juste six mois après la disparition dans le Tarn de Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans, son époux Cédric, sa belle-mère et son beau-père ont été placés en garde à vue. Au fil de l'enquête, des incohérences sont apparues dans le témoignage du mari, la nuit du drame.

La dernière apparition en public de Cédric Jubillar remonte à il y a à peine quelques jours. Il avait tenu à assister à une marche blanche pour les six mois de la disparition de sa femme, Delphine Jubillar. Mais mercredi 16 juin, le mari de cette infirmière de 33 ans, disparue dans le Tarn, a été placé en garde à vue.

Delphine Jubillar disparaît dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier. Quelques heures plus tard, son mari prévient la police. Selon lui, elle était sortie promener ses deux chiens à 23 heures, et ne serait jamais rentrée. De nombreuses fouilles sont rapidement organisées, mais sans succès. Ce placement en garde à vue est une surprise dans l'enquête, car jusque-là, Cédric Jubillar n'avait été entendu que comme simple témoin, puis comme partie civile.

Des proches de Cédric Jubillar également en garde à vue

Cédric Jubillar n'est pas le seul à avoir été placé en garde à vue : plusieurs membres de son entourage sont également entendus. "Les enquêteurs ont décidé de frapper fort cette fois-ci puisqu'ils ont aussi placé en garde à vue la mère de Cédric Jubillar, ainsi que le compagnon de cette dernière. Ils sont entendus depuis ce matin dans la gendarmerie de Gaillac", explique la journaliste France Télévisions Muriel Lassaga, en duplex depuis Gaillac, dans le Tarn, mercredi. 

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Disparition de Delphine Jubillar

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.