Disparition de Delphine Jubillar : interrogations autour d'un message publié et aussitôt effacé via son compte Facebook mercredi

Un message vide, publié sur un groupe Facebook, a alerté une cousine de la jeune femme qui a averti les gendarmes. 

Article rédigé par
Margaux Stive - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'appel à témoin diffusé le 21 décembre 2020 par la gendarmerie nationale pour retrouver Delphine Jubillar. (- / GENDARMERIE NATIONALE)

Presque un mois après la disparition de Delphine Jubillar dans le Tarn, un message a été posté via son compte Facebook. Il a été publié mercredi 13 janvier, a appris franceinfo vendredi 15 janvier auprès de l'avocat d'une cousine de Delphine Jubillar, confirmant une information de BFM. Le message a été supprimé dans la foulée. Cette mère de famille, une infirmière de 33 ans, a disparu dans la nuit mardi 15 au mercredi 16 décembre.

"J’espère que les enquêteurs vont faire la lumière sur ce nouveau mystère qui est tout à la fois porteur d’espoir mais aussi d'inquiétude", a réagi maître Philippe Pressecq. Ce message intrigue car cela signifie que son compte a été brièvement activé. C’est un message vide sans texte publié sur un groupe Facebook dont faisait partie la jeune femme, l’une de ses cousines l’a remarqué en a fait une capture d’écran et a aussitôt prévenu la section de recherches de la gendarmerie de Toulouse en charge de l’enquête.

Les enquêteurs vont remonter la provenance de la publication

Interrogé sur la possibilité que quelqu'un d'autre ait pu avoir le mot de passe du compte Facebook de Delphine Jubillar, maître Philippe Pressecq a répondu qu'"a priori, non". 

Ce message n’a pas été posté par le mari de Delphine Jubillar, Cédric Jubillar, a assuré à franceinfo l’avocat de ce dernier. "Non il n’est pas à l’origine de cette activité, ni volontairement, ni par maladresse", a indiqué maître Jean-Baptiste Alary. "Il n’a pas accès au compte de Delphine et n’a pas de raison d’y accéder d’ailleurs."

À l’heure qu’il est, il est impossible de savoir qui a posté ce message et rien n’indique pour l’instant que c’est bien la jeune femme qui l’a écrit. Les gendarmes vont maintenant analyser la provenance de cette publication pour savoir si cela peut avoir une importance dans l’enquête car à ce stade chaque indice compte. Près d'un mois après sa disparition, aucune trace de la jeune femme n’a encore été retrouvée, malgré des semaines de fouilles et des moyens importants déployés par les enquêteurs.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.