Cet article date de plus de deux ans.

Affaire Jubillar : les avocats de Cédric Jubillar avancent une nouvelle hypothèse pour sa demande de mise en liberté

Les avocats de l'homme de 34 ans estiment que son épouse, qu'il est soupçonné d'avoir tuée, aurait pu sortir d'elle-même de son domicile le soir de sa disparition.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Cédric Jubillar, le 23 décembre 2020 à Cagnac-les-Mines (Tarn). (FRED SCHEIBER / AFP)

Nouvelle demande de remise en liberté pour Cédric Jubillar, soupçonné d'avoir tué son épouse. Ses avocats ont à nouveau plaidé sa sortie de détention provisoire, lors d'une audience, mardi 11 janvier, en émettant l'hypothèse que Delphine Jubillar aurait pu sortir d'elle-même du domicile le soir de sa disparition. "Il y a dans le dossier des éléments objectifs qui permettent de considérer qu'il est plus que probable qu'elle se soit changée pour sortir" de la maison du couple dans le Tarn, a affirmé Emmanuelle Franck, l'une des avocates de Cédric Jubillar, après sa plaidoirie devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse.

L'audience s'est déroulée en l'absence de ce peintre-plaquiste de 34 ans, et à huis clos, à la demande du parquet général, contre l'avis des avocats de la défense. "Cette audience a été organisée à huis clos, ce qui nous surprend et nous paraît contraire à tous les principes", a estimé Alexandre Martin, un autre avocat de Cédric Jubillar. "Les éléments de l'accusation n'ont jamais été probants et ce, depuis le premier jour", a insisté Jean-Baptiste Alary, lui aussi conseil de Cédric Jubillar, après une audience qui a duré près de cinq heures.

Les précédentes demandes de mise en liberté ont été rejetées par la justice, pour qui des indices concordants permettent de conclure à l'implication du mari dans la disparition de l'infirmière de Cagnac-les-Mines, près d'Albi, le 15 décembre 2020. Le ministère public a, une nouvelle fois, requis le maintien en détention. La décision de la chambre de l'instruction a été mise en délibéré au 14 janvier. Selon ses avocats, Cédric Jubillar sera de nouveau entendu prochainement concernant les accusations portées par un de ses voisins de cellule à la prison de Seysses, et relayées dans la presse. Selon ce détenu, le trentenaire aurait affirmé avoir tué sa femme et enterré son corps.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.