Affaire Jubillar : la remise en liberté du mari à nouveau rejetée

Cédric Jubillar a été mis en examen pour "homicide volontaire par conjoint" et écroué le 18 juin.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Cédric Jubillar, le mari de Delphine Jubillard, le 23 décembre 2020 près d'Albi (Tarn). (FRED SCHEIBER / AFP)

Cédric Jubillar reste en prison. La justice a rejeté pour la troisième fois, mardi 21 septembre, une demande de remise en liberté du mari de Delphine Jubillar. Ce peintre-plaquiste de 34 ans clame toujours son innocence et doit être entendu par les juges d'instruction sur la disparition de son épouse en décembre dans le Tarn. Il a été mis en examen pour "homicide volontaire par conjoint" et écroué le 18 juin.

"On n'est pas complètement surpris même si l'on n'a pas la motivation [de cette décision]. Mais la chambre va nous dire d'attendre l'audition à la mi-octobre", a déclaré l'avocat du suspect, Alexandre Martin, à la sortie de l'audience, sans donner plus de précision sur la date de cette première audition au fond de Cédric Jubillar.

Le 8 juillet, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Toulouse avait une première fois rejeté une demande de remise en liberté, puis, le 2 septembre, le juge des libertés et de la détention avait pris une décision similaire. Depuis plusieurs mois, les avocats du mari de l'infirmière s'insurgent contre cette détention, soulignant qu'il n'y a dans ce dossier "aucune preuve" de la culpabilité de leur client.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Disparition de Delphine Jubillar

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.