Jonathann Daval est renvoyé aux assises pour meurtre sur conjoint

La juge d'instruction a décidé de renvoyer aux assises Jonathann Daval pour le meurtre de sa femme Alexia. Il avait reconnu avoir procédé lui-même "à la crémation partielle du corps" et lui avoir porté les coups mortels.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Jonathann Daval, le 2 novembre 2017. Photo d'illustration. (SEBASTIEN BOZON / AFP)

Jonathann Daval est renvoyé devant les assises de la Haute-Saône pour meurtre sur conjoint, a appris franceinfo mercredi 8 janvier auprès du parquet de Vesoul, confirmant une information du Parisien. Jonathann Daval a avoué avoir porté des coups mortels sur sa compagne Alexia en octobre 2017.

Dans son ordonnance de mise en accusation rendue lundi 6 janvier, la juge d'instruction ne retient pas le chef de "modification de scène de crime", souhaité par les parties civiles. Elle rejette également les demandes d'actes complémentaires concernant la piste de l'empoisonnement, actes également réclamés par la famille de la victime, partie civile. La juge suit ainsi les réquisitions du parquet de Vesoul.

Des aveux complets en juin

Alexia Daval avait disparu le 28 octobre 2017 à Gray-la-Ville (Haute-Saône). Son corps, calciné, avait été retrouvé deux jours plus tard dans le bois de Velet-Esmoulin, près de Gray-la-Ville. Jonathann Daval était passé aux aveux dans un premier temps en janvier 2018, puis de nouveau en décembre 2018, face aux parents de la victime.

Puis, en juin 2019, Jonathann Daval a livré des aveux détaillés lors d'une reconstitution judiciaire de sept heures sous tension en Haute-Saône, reconnaissant avoir porté des coups mortels d'une extrême violence à sa femme Alexia et avoir procédé lui-même "à la crémation partielle du corps".

Ces aveux ont levé les dernières zones d'ombre qui planaient sur ce dossier et définitivement écarté la thèse d'une complicité, avancée un temps par certains membres de la partie civile.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.