Procès Troadec : Hubert Caouissin ne fera pas appel de sa condamnation à 30 ans de réclusion criminelle

Les avocats d'Hubert Caouissin, qui lui ont rendu visite à la maison d'arrêt de Nantes, l'ont décrit "ébranlé" par ce procès "éprouvant".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Me Patrick Larvor, avocat d'Hubert Caouissin au palais de justice de Nantes le 7 juillet 2021. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

Après avoir consulté leur client jeudi 8 juillet, les avocats d'Hubert Caouissin confirment à France Bleu Loire Océan qu'il ne fera pas appel de sa condamnation à 30 ans de réclusion criminelle pour le quadruple meurtre de son beau-frère, de sa femme et de leurs deux enfants, en février 2017 à Orvault.

Les avocats ont rendu visite au meurtrier à la maison d'arrêt de Nantes et le décrivent comme "ébranlé" à l'issue de deux semaines et demie d'un procès "difficile, éprouvant", qui "lui a fait prendre conscience d'un certain nombre de choses".

"Délire paranoïaque"

Reconnu coupable du quadruple meurtre de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec, Hubert Caouissin a été condamné, mercredi 7 juillet, à 30 ans de réclusion criminelle. Lydie Troadec, sa compagne qui est reconnue coupable de recel de cadavres et de modification de la scène du crime, est condamnée à 3 ans de prison, dont un avec sursis.

Au cours du procès vendredi 2 juillet, les experts psychiatriques ont examiné la personnalité de l'ancien chaudronnier, et ainsi d'expliquer son geste. Cette affaire est "un cas d'école du délire paranoïaque", le "délire commun de deux blessés de la vie qui se réparent l'un l'autre", a ainsi détaillé le docteur Daniel Zagury. Pour autant, pour tous les psychiatres qui ont examiné le prévenu, ce dernier reste toutefois responsable de ses actes. Depuis son interpellation, Hubert Caouissin réfute toute préméditation.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Affaire Troadec

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.