DIRECT. Disparus d'Orvault : le beau-frère de Pascal Troadec mis en examen pour "assassinats" et écroué

Après avoir avoué le quadruple meurtre de la famille Troadec, l'homme d'une quarantaine d'années a été mis en examen et écroué, lundi soir, à Nantes pour "assassinats".

La maison de la famille Troadec, à Orvault (Loire-Atlantique), le 1er mars 2017. 
La maison de la famille Troadec, à Orvault (Loire-Atlantique), le 1er mars 2017.  (JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)
avatar
franceinfoFrance Télévisions

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

Le beau-frère de Pascal Troadec, qui a avoué avoir tué les quatre membres de la famille disparue le 16 février à Orvault, près de Nantes, a été mis en examen et écroué, lundi 6 mars dans la soirée, à Nantes pour "assassinats". Hubert Caouissin a également été mis en examen pour "atteinte à l'intégrité d'un cadavre", conformément aux réquisitions du parquet.

Le beau-frère du père a avoué. Dimanche, le beau-frère du père a avoué le quadruple meurtre de Pascal, Brigitte, Sébastien et Charlotte Troadec, a confirmé lundi à franceinfo le procureur de la République de Nantes. L'auteur présumé a évoqué un "différend sur un héritage mal partagé".

Confronté à ses contradictions par les enquêteurs. Interrogé au tout début de l'affaire, le mari de la soeur de Pascal Troadec, âgé d'une quarantaine d'années, avait affirmé ne plus être en contact avec la famille. Mais des traces de son ADN ont été découvertes au domicile familial d'Orvault (Loire-Atlantique), ainsi que dans la voiture du fils, Sébastien, retrouvée à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

Placés en garde à vue dimanche soir. L'enquête sur la disparition de cette famille qui n'a pas donné signe de vie depuis la nuit du 16 au 17 février a connu dimanche un nouveau rebondissement avec le placement en garde à vue à Brest de la sœur de Pascal Troadec et de son mari. Le rôle de cette dernière doit encore être éclairci. Celle-ci se murait dans le silence dimanche soir.

Un "histoire d'héritage" au cœur de l'affaire. Selon les informations de franceinfo, l'homme d'une quarantaine d'années est passé à l'acte à cause d'un "héritage mal partagé" et d'un différend familial vieux de 5 à 6 ans.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #ORVAULT

22h13 : France 2 a reconstitué le déroulement de la nuit du 16 au 17 février, pendant laquelle la famille Troadec a été assassinée, à Orvault.

22h08 : Sa compagne, Lydie Troadec, sœur du père de famille assassiné, est toujours devant les juges, selon l'AFP. Plus tôt, le parquet a requis sa mise en examen pour "modification de l'état des lieux d'un crime et recel de cadavres". Elle est soupçonnée d'avoir aidé son compagnon.

22h08 : Hubert Caouissin a également été mis en examen pour "atteinte à l'intégrité d'un cadavre", comme le demandait le parquet.

22h07 : Hubert Caouissin avait reconnu, en garde à vue, les meurtres de Pascal et Brigitte Troadec et de leurs enfants Sébastien et Charlotte.

22h10 : Le beau-frère de Pascal Troadec a été mis en examen et écroué pour "assassinats", annonce une source judiciaire à l'AFP.

21h22 : @Stéfanie : La grande majorité des médias n'ont pas accusé Sébastien Troadec, mais ont été trompés par les premiers éléments de l'enquête et l'avis de recherche lancé par les autorités qui faisait état d'un "funeste projet" du jeune homme. Mais vous avez raison, à partir de là, sa vie numérique a souvent été interprétée à tort. Et elle s'est retournée contre lui, comme le racontait notre journaliste marie-Adélaïde Scigacz dans cet article.

21h17 : Je souhaitais juste exprimer ma colère face à la mémoire bafouée de Sébastien Troadec.... Les informations circulent trop vite aujourd'hui et ont fait de lui le coupable tout désigné dans une sordide histoire où il n'a été qu'une malheureuse victime... Son tort ? Avoir été un adolescent en conflit avec la figure paternelle et qui s'en est ouvert de la "mauvaise" façon sur les réseaux sociaux.... Est-il le seul ? Sont-ils tous des meurtriers ???? Encore une fois l'instantanéité de l'information a frappé au détriment de l'enquête...

20h52 : Notre journaliste Catherine Fournier se trouve dans le Finistère, où les enquêteurs recherchent les corps de la famille Troadec. Les fouilles se déroulent en particulier autour d'une ferme, dans le Finistère. C'est là que vivent Lydie Troadec et Hubert Caouissin.

19h47 : Hubert Caouissin, beau-frère de Pascal Troadec, a reconnu en garde à vue avoir tué les quatre membres de la famille, à cause d'un différend lié à un héritage mal partagé, selon lui. Le parquet a requis la mise en examen du suspect et de sa compagne. Voici ce qu'il faut retenir de la conférence de presse du procureur de la République de Nantes.

17h27 : Si vous l'avez manqué, voici l'intégralité de la conférence de presse du procureur.




(FRANCE INFO)

17h21 : Cela donne la nausée...

17h21 : Bravo à la police, beau travail.

17h21 : Quelle horreur ! Comment peut-on en arriver là ?

17h24 : La conférence du procureur de Nantes est terminée. Elle vous fait réagir dans les commentaires.

17h20 : Le procureur reste prudent sur la préméditation de ce crime. "Le fait de surveiller une famille, de s'introduire chez elle. Cela nous autorise à poser la question", indique-t-il.

17h17 : Interrogé sur son espoir de retrouver les corps des victimes, le procureur se montre confiant. "Il a donné des indices imparfaits, mais il y a une localisation qui devrait nous permettre d'avancer", précise Pierre Sennès.

17h22 : "Je tiens à rendre hommage à l'investissement de la police judiciaire, qui s'est totalement engagée dans une enquête hors norme, en travaillant 24 heures sur 24. Je voudrais dire un mot de mes deux collègues magistrats instructeurs, qui depuis le 27 février, travaillent, eux aussi, jour et nuit sur ce dossier."

17h07 : "Le parquet a requis le placement en détention provisoire de ces deux personnes. Cette décision interviendra tardivement dans la soirée."

17h08 : "J'indique qu'il y a un gros travail de précision et de clarification. Le récit, les différentes séquences doivent être précisés. Il y a encore des choses imparfaites, qui posent problème. Des auditions complémentaires vont intervenir à partir d'aujourd'hui. Il y a maintenant un autre enjeu dans ce dossier : découvrir l'endroit où les corps ont pu être enterrés. C'est un gros travail qu'il reste à accomplir. M. Caouissin et Mme Troadec sont en train d'être mis en examen. Ils sont entendus par les juges d'instruction."

17h06 : "Ensuite, avec sa compagne, ils vont nettoyer le véhicule, pour tenter de faire disparaître les traces de sang et le déposer à Saint-Nazaire, un petit peu au hasard. Son idée était d'orienter les fouilles vers le port. Une sorte de diversion."

17h06 : "Le 18 au soir, il va mettre les corps des quatre victimes dans le véhicule de Sébastien Troadec. Il va repartir chez lui. Pendant deux à trois jours, il va s'efforcer de faire disparaître les corps. Je confirme qu'il semble que les corps aient été démembrés, une partie enterrée, l'autre partie brûlée".

17h06 : "Il n'est pas dans mes intentions de donner des détails plus précis. Ce sont des choses qui restent à préciser. Je vous dirai que cette scène criminelle est d'une grande violence. M. Caouissin va rester jusqu'au petit matin dans la maison. Il va rentrer chez lui, au domicile qu'il partage avec Lydie Troadec. Il va l'informer de ce qui vient de se passer. (…) Le soir du 17 février, M. Caouissin va revenir dans la maison dans l'intention de nettoyer et d'emporter les corps."

17h23 : "Plus tardivement dans la soirée, il va rentrer et se cacher dans la buanderie. Il va attendre qu'ils aillent se coucher et là, il va rentrer dans le domicile, avec l'intention de récupérer une clé aperçue sur un meuble. En réalisant cela, il va faire du bruit. Le couple va descendre au rez-de-chaussée. Ils vont se retrouver nez-à-nez avec lui. Il va y avoir une altercation, dans des conditions qui restent à préciser. Il semble que Pascal Troadec soit descendu avec un pied-de-biche. M. Caouissin va s'emparer du pied de biche."

17h25 : "C'est cela qui semble être le fait générateur, le fait causal qui va expliquer les événements dramatiques du 16 et 17 février dernier. M. Caouissin se rend, le 16 février au soir, à Orvault. A proximité du domicile de la famille, son intention est d'espionner pour voir s'il pourrait recueillir des informations sur ce problème successoral. M. Caouissin va venir avec un stéthoscope qu'il va appliquer sur la fenêtre pour tenter d'écouter à l'intérieur".

17h06 : "Les éléments nouveaux sont une clarification sur la cause de ce drame. C'est l'existence d'un conflit assez ancien, qui s'est cristallisé avec une profonde rancœur entre M. Caouissin et Pascal Troadec. M. Caouissin étant persuadé que M. Pascal Troadec avait récupéré des pièces d'or dans le cadre d'une succession."

16h58 : "Le parquet de Nantes a saisi les juges d'instruction par un réquisitoire supplétif. S'agissant de M. Hubert Caouissin, le parquet relève le chef d'assassinat et le délit d'atteinte à l'intégrité d'un cadavre"

16h56 : Le procureur de Nantes commence sa conférence de presse. Vous pouvez la suivre en direct ici.

16h57 : Avant la conférence de presse du procureur, prévue à 17 heures, voici ce que l'on sait du quadruple meurtre de la famille Troadec :

• Le beau-frère de Pascal Troadec a avoué le meurtre.

• Il a été déféré, avec sa femme, devant le parquet cet après-midi.

• Le mobile du crime serait un différent lié à un héritage mal partagé.

13h55 : Les suspects sont arrivés au palais de justice de Nantes pour être déférés devant le juge.

12h40 : @Ju2 : Non, pour l'instant, nous ne savons pas où le suspect s'est débarrassé des corps de la famille Troadec. Mais nous aurons peut-être la réponse cet après-midi : le procureur de la République de Nantes tiendra une conférence de presse à 17h. Vous pourrez la suivre en direct ici même.

12h39 : Est-ce que le suspect a donné des indications sur le l'endroit où il a caché les corps ? Une conférence de presse est-elle prévue?

11h48 : C'est sans doute le dénouement de la mystérieuse disparition de la famille Troadec. Le beau-frère de Pascal Troadec a avoué en garde à vue avoir tué les quatre membres de la famille disparue à Orvault, près de Nantes, pour un différend sur un héritage. Voici ce que l'on sait de cet homme.

Les enquêteurs travaillaient depuis plusieurs jours sur la piste d\'un différend familial.

(JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

09h38 : On en sait un peu plus sur les raisons du quadruple meurtre de la famille Troadec. Le beau-frère de Pascal Troadec a avoué dimanche avoir tué les quatre membres de la famille à cause d'un différend familial vieux de cinq ou six ans. Selon les informations de franceinfo, l'homme d'une quarantaine d'années est passé à l'acte à cause d'un "héritage mal partagé".

08h07 : Le beau-frère de Pascal Troadec est passé aux aveux hier, pendant sa garde à vue au commissariat de police de Brest. Il a avoué qu'il était à l'origine de la disparition des quatre membres de la famille. Il avait été interpellé dimanche à l'aube à son domicile et placé en garde à vue avec sa compagne, la sœur de Pascal Troadec, le père de famille. L'information a été confirmée à franceinfo par le procureur de la République de Nantes.



(FRED TANNEAU / AFP)

08h07 : Avec sa compagne, le beau-frère de Pascal Troadec a vécu un temps à Plouguerneau, non loin de Brest (Finistère). C'est dans ce secteur, dans la localité de Dirinon, qu'ont été retrouvés des effets personnels des membres de la famille Troadec.

08h07 : Déjà entendu par la police au tout début de l'enquête, le beau-frère de Pascal Troadec avait pourtant déclaré ne pas avoir été en contact avec la famille Troadec depuis plusieurs années.

08h08 : L'ADN du compagnon de la sœur de Pascal Troadec a été retrouvé dans la maison familiale des Troadec, à Orvault (Loire-Atlantique), ainsi que dans la voiture du fils, découverte jeudi dernier à Saint-Nazaire.




(JEAN-SEBASTIEN EVRARD / AFP)

08h08 : Il est passé aux aveux pendant sa garde à vue à Brest. Le beau-frère de Pascal Troadec a avoué le quadruple meurtre de la famille Troadec, portée disparue depuis le 16 février dernier à Orvault, près de Nantes, selon les informations de franceinfo.