Cet article date de plus de deux ans.

Où en est l'enquête sur la mort d'Emiliano Sala ?

Le corps récupéré dans l'épave de l'avion a été identifié comme celui du footballeur argentin Emiliano Sala.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une capture d'écran d'une vidéo du Bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens, montrant un morceau de l'épave de l'avion qui transportait Emiliano Sala, dans la Manche, le 4 février 2019. (AAIB / AFP)

Le Bureau d'enquête britannique sur les accidents aériens (AAIB) a annoncé, jeudi 7 février, que le corps récupéré dans l'épave de l'avion abîmé dans la Manche était bien celui d'Emiliano Sala. L'appareil avait disparu des radars, le 21 janvier, avec le footballeur argentin et un pilote britannique à bord. Le 26 janvier, deux jours après l'arrêt des opérations de secours coordonnées par la police de Guernesey, sa famille avait relancé les recherches grâce aux fonds récoltés via une cagnotte en ligne. Voici ce que l'on sait de l'enquête.

Le corps d'Emiliano Sala a été ramené à terre

"Dans des conditions difficiles", l'AAIB "et ses entrepreneurs spécialisés ont réussi à récupérer le corps vu précédemment au milieu de l'épave", mercredi 6 février. "L'opération s'est déroulée dans la plus grande dignité possible et les familles ont été tenues informées des progrès réalisés", a indiqué le Bureau d'enquête.

Le corps a été ramené par bateau à terre, jeudi 7 février. Le navire Geo Ocean III, qui transportait le cadavre, est arrivé dans la matinée à Portland, sur la côte sud de l'Angleterre, selon le site internet spécialisé MarineTraffic. L'autopsie a permis d'identifier formellement le corps, comme celui d'Emiliano Sala. Dans son communiqué, la police précise que les familles du joueur et de son pilote ont été informées et qu'elles bénéficient d'un soutien psychologique.

L'AAIB a expliqué que la décision de lancer les opérations de récupération du corps a été prise "après un examen visuel approfondi des lieux de l'accident" à l'aide d'un véhicule sous-marin téléguidé. La désincarcération du cadavre, aperçu dans la carcasse de l'appareil par les équipes de la société Blue Water Recoveries, était la priorité du Bureau d'enquête britannique.

L'opération de récupération de l'épave a échoué

La carcasse du monomoteur Piper Malibu, qui emmenait l'ex-attaquant nantais vers son nouveau club de Cardiff, avait été localisée dimanche 3 février. A l'endroit même où l'avion avait cessé d'émettre, dans la Manche, à une vingtaine de kilomètres au nord de Guernesey. Reposant à 67,7 mètres de fond.

"Malheureusement, les tentatives de récupération de l'épave ont échoué", a précisé l'AAIB, qui évoque de "mauvaises conditions météorologiques". Les fortes marées dans la zone limitaient les capacités d'intervention. Les prévisions météorologiques étant en outre "mauvaises à court terme", "la décision, difficile, a été prise de mettre un terme à l'opération", a poursuivi l'AAIB. 

La cause du crash reste inconnue

L'enquête se concentre désormais sur les causes du crash, toujours inconnues. Le  soir du 21 janvier, le pilote de 59 ans avait demandé l'autorisation de baisser son altitude à 1 525 mètres. Le contact avec le monomoteur avait été perdu peu après. 

"Bien qu'il n'ait pas été possible de récupérer l'avion, le long enregistrement vidéo effectué par le véhicule sous-marin téléguidé devrait fournir de précieux éléments" pour l'enquête, souligne l'AAIB. "Nous prévoyons que notre prochaine mise à jour soit un rapport intermédiaire que nous envisageons de publier dans un délai d'un mois après l'accident."

Le père d'Emiliano Sala espère que les conclusions des investigations permettront de trouver un "coupable" après ce drame. "Il va y avoir une enquête car il doit y avoir un coupable. La justice devra le déterminer, a affirmé Horacio Sala sur la chaîne Fox Sports (en espagnol), lundi. Il ne peut pas ne rien se passer. Je pense que ça va continuer."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Mort d'Emiliano Sala

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.