Cet article date de plus d'un an.

Disparition d'Emiliano Sala : un sous-marin sera envoyé près des îles anglo-normandes pour chercher l'épave de l'avion

"Nous avons espoir de démarrer les recherches sous-marines au cours du week-end, plus probablement dimanche", a annoncé, lundi 28 janvier, l'océanographe David Mearns, spécialiste de recherche d'épaves en mer.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une photo d'Emiliano Sala à La Chapelle-sur-Erdre (Loire-Atlantique), le 25 janvier 2019. (LOIC VENANCE / AFP)

Un sous-marin pour tenter de résoudre le mystère qui entoure la disparition d'Emiliano Sala. Les recherches privées déjà lancées pour retrouver l'avion dans lequel a disparu le footballeur vont être renforcées par un sous-marin dans les prochains jours. "Nous avons espoir de démarrer les recherches sous-marines au cours du week-end, plus probablement dimanche", a annoncé, lundi 28 janvier, l'océanographe David Mearns, spécialiste de recherche d'épaves en mer.

Un navire, équipé de sonars et d'un véhicule sous-marin téléguidé, est en train d'être équipé dans le port de Southampton, dans le sud de l'Angleterre. La mer est profonde d'environ 65 mètres dans la zone de recherche, 110 mètres à son maximum, au large des îles anglo-normandes. "La famille est déterminée à trouver les réponses qu'elle n'a pas", a insisté le dirigeant de la société Bluewater Recoveries.

Des recherches financées par une cagnotte en ligne

"Les recherches sous-marines sont la prochaine phase si les recherches en surface ne donnent rien", a-t-il ajouté, précisant que ces dernières allaient se poursuivre jeudi et vendredi avec l'aide de deux bateaux de pêche. La famille d'Emiliano Sala avait annoncé, samedi, relancer les recherches pour tenter de le retrouver grâce aux fonds récoltés par une cagnotte en ligne, après l'arrêt, jeudi, des opérations de secours.

Les recherches, coordonnées par la police de Guernesey, avaient été interrompues jeudi après-midi, la police jugeant "infimes" les chances de survie du joueur et de son pilote. Elles avaient mobilisé trois avions, cinq hélicoptères et deux navires de secours. "Nous ne pouvons rien garantir, nous ne pouvons pas garantir que nous retrouverons l'avion, mais nous avons bon espoir", a déclaré, lundi, David Mearns.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.