Cet article date de plus de quatre ans.

Disparition d'Antoine en Auvergne, en 2008 : la mère et le beau-père mis en examen après de nouveaux "éléments précis"

Le témoignage d'un ancien co-détenu de Sébastien Ribière, le beau-père d'Antoine, disparu il y a neuf ans, a relancé l'affaire, explique le procureur de Clermont-Ferrand. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des plongeurs de la gendarmerie nationale, le 4 juin 2013, à Issoire (Puy-de-Dôme). (THIERRY ZOCCOLAN / AFP)

Neuf ans après la disparition du petit Antoine à Issoire (Puy-de-Dôme), l'affaire connaît de nouveaux rebondissements. Sa mère, Alexandrine Brugerolle de Fraissinette, et son ancien beau-père, Sébastien Ribière, ont été mis en examen mardi 12 avril pour homicide involontaire, grâce au témoignage d'un ancien co-détenu de Sébastien Ribière.

L'homme a adressé une lettre à l'administration pénitentiaire il y a deux mois. Il y relatait les prétendues confidences du beau-père d'Antoine, datées du début de l'année 2015, lorsque tous deux étaient incarcérés au centre pénitentiaire d'Avignon-Le Pontet (Vaucluse).

Overdose

Ses affirmations ont apporté "des éléments précis", a expliqué le procureur de la République de Clermont-Ferrand lors d'une conférence de presse jeudi 13 avril, suivie par France Bleu Pays d'Auvergne. Ce nouveau témoignage est basé sur des éléments qui n'ont jamais été dévoilés dans la presse, a indiqué le procureur de Clermont-Ferrand lors de sa conférence de presse. 

Selon l'ex co-détenu, Antoine serait mort par overdose. Il aurait ingurgité par accident de la drogue qui traînait sur une table. Le corps du petit garçon de six ans aurait ensuite été dissimulé dans des collines autour d'Issoire. La version de la mère de l'enfant n'a quant à elle jamais évolué : elle a toujours évoqué un enlèvement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Faits-divers

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.