Vendée : la garde à vue du suspect du meurtre du père Olivier Maire a été levée

Emmanuel Abayisenga, qui s'était présenté à la gendarmerie en s'attribuant le meurtre, a été hospitalisé en psychiatrie, a expliqué à franceinfo une source proche du dossier.

Un gendarme à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), après le meurtre du prêtre Olivier Maire, le 9 août 2021.
Un gendarme à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), après le meurtre du prêtre Olivier Maire, le 9 août 2021. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Un prêtre a été tué lundi 9 août à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée) dans les locaux où résidait sa communauté. Un homme de 40 ans s'est rendu à la gendarmerie dans la matinée et s'accuse du meurtre de l'homme d'Eglise. Une enquête a été ouverte pour "homicide volontaire". Le suspect, Emmanuel Abayisenga, avait déjà été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire dans le cadre de l'affaire de l'incendie de la cathédrale de Nantes en juillet 2020. Ce direct est désormais terminé.

La garde à vue du suspect levée.  Emmanuel Abayisenga, un homme de 40 ans, s'était présenté lundi matin à la gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre (Vendée) pour avouer le meurtre du prêtre. Sa garde à vue a été levée dans la soirée, a appris franceinfo de source proche du dossier. L'homme a été hospitalisé en psychiatrie. Né au Rwanda, il faisait l'objet d'un arrêté d'expulsion, mais il ne pouvait pas être expulsé du territoire français tant que son contrôle judiciaire n'était pas levé. 

Le ministre de l'Intérieur sur les lieux. "S'en prendre à un prêtre, s'est toujours s'en prendre à l'âme de la France" a déclaré Gérald Darmanin lors d'une conférence de presse sur place. "Cette personne est inconnue des fichiers de radicalisation, a-t-il expliqué. Le moment n'est pas à la polémique mais il est aux condoléances que l'on doit adresser à la famille de ce prêtre et à la communauté catholique de France."

Un prêtre retrouvé mort. Le corps de la victime a été découvert ce matin à Saint-Laurent-sur-Sèvre au sein des locaux de la communauté catholique des frères missionnaires montfortains. Il s'agit d'Olivier Maire, un prêtre de 60 ans, tué dans sa chambre. La gendarmerie est sur place pour mener des investigations. "En aucun cas le Parquet national antiterroriste ne s'est saisi de ce dossier", a souligné Yannick Le Goater, vice procureur de La-Roche-sur-Yon, lors d'une conférence de presse.

Une hospitalisation récente en psychiatrie. Le suspect, Emmanuel Abayisenga, a été hospitalisé en unité psychiatrique du 20 juin au 29 juillet et était, depuis, revenu au sein de la communauté. "Une expertise est en cours pour vérifier que son état est compatible avec une garde à vue", a détaillé Yannick Le Goater.

Le président de la République "exprime toute sa sympathie". Emmanuel Macron a affirmé son soutien à la communauté religieuse des montfortains, après ce drame, tout comme le Premier ministre, Jean Castex, qui a fait part de son "profond effroi" et de sa "vive compassion".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #VENDEE

20h32 : La garde à vue du suspect du meurtre d'un prêtre en Vendée a été levée, a appris franceinfo de source proche du dossier. Emmanuel Abayisenga a été hospitalisé en psychiatrie. Suivez notre direct.

20h19 : Il est 20 heures. Avant de passer à table, voici un nouveau résumé de l'actualité :

• Une enquête a été ouverte pour "homicide volontaire" après la mort d'un prêtre en Vendée. La piste terroriste est écartée. "S'en prendre à un prêtre, c'est toujours s'en prendre à l'âme de la France", a déclaré le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, qui s'est rendu sur place.

• Un rapport "à nouveau sans appel". Les mots d'Emmanuel Macron après la publication du sixième rapport des experts du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec). Le chef de l'Etat appelle à "un accord à la hauteur de l’urgence". Retrouvez dans notre article ce qu'il faut en retenir.


• Pour boire un café en terrasse, ou déjeuner attablé dans un restaurant, il faut présenter son pass sanitaire depuis ce matin. Mais que risque-t-on si on ne respecte pas sa présentation ou son contrôle ? Réponse par ici.

• Des volleyeurs en or, des basketteurs en argent... Comme hier, le public salue en ce moment au Trocadéro les derniers athlètes français de retour de Tokyo.

19h22 : Il a grandi à Besançon, étudié à Rome, vécu en Ouganda, avant de s'installer en Vendée. On vous brosse le portrait d'Olivier Maire, le prêtre de 61 ans assassiné à Saint-Laurent-Sur-Sèvre (Vendée).

Le prêtre Olivier Maire. (G.MOREAU / DIOCÈSE DE LUÇON)

(DIOCESE DE LUÇON)

19h27 : La prise de parole de Gérald Darmanin est terminée. Si vous l'avez ratée, la voici en vidéo :

19h01 : "Nous ne pouvions pas exécuter la demande d'expulsion du suspect, qui était sous contrôle judiciaire avant procès."

Le ministre de l'Intérieur a rappelé que le suspect était sous le coup de plusieurs obligations de quitter le territoire français. Les deux premières, qui remontent à décembre 2016 et avril 2017, ont été annulées par le tribunal administratif de Nantes. La troisième, qui a été prononcée début novembre 2019, a donné lieu à un recours devant le tribunal administratif de Nantes et a été jugée "non exécutable en raison du contrôle judiciaire décidé par le juge".

18h53 : "Cette personne est inconnue des fichiers de radicalisation. Le moment n'est pas à la polémique mais il est aux condoléances que l'on doit adresser à la famille de ce prêtre et à la communauté catholique de France."

19h48 : "S'en prendre à un prêtre, c'est toujours s'en prendre à l'âme de la France."

18h48 : "Nous voulons que la vérité soit faite."

18h51 : Direction Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée) où Gérald Darmanin s'exprime devant la presse après le meurtre d'un prêtre. Vous pouvez suivre la prise de parole du ministre de l'Intérieur dans notre direct vidéo.



18h32 : Pour patienter avant la prise de parole de Gérald Darmanin qui a donc pris du retard, on vous a préparé un article qui résume tout ce que l'on sait du meurtre du prêtre Olivier Maire en Vendée.

Des gendarmes à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), où un prêtre a été retrouvé mort, le 9 août 2021. (SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

(SEBASTIEN SALOM-GOMIS / AFP)

18h00 : Il est 18 heures, avant de passer la main, voici un nouveau résumé de l'actualité :

• Une enquête a été ouverte pour "homicide volontaire" après la mort d'un prêtre en Vendée, a annoncé le vice-procureur de La Roche-Sur-Yon, Yannick Le Goater. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin est sur place.

"Il faudrait que les émissions diminuent tout de suite", a insisté le climatologue Jean Jouzel sur franceinfo, après la publication du sixième rapport des experts du Giec. Retrouvez dans notre article ce qu'il faut en retenir.


• Le pass sanitaire, avec son extension, a fait son entrée ce matin dans le quotidien des Français. Pour boire un café en terrasse, ou déjeuner attablé dans un restaurant, il faut désormais présenter le précieux sésame. Mais que risque-t-on si on ne respecte pas sa présentation ou son contrôle ? Réponse par ici.

Première étape vers 2024. Le drapeau officiel des Jeux a bien atterri cet après-midi en France, après avoir passé les cinq dernières années à Tokyo. Les derniers sportifs de la délégation française sont eux aussi de retour dans l'Hexagone.

17h19 : "Il portait jusque dans les traits de son visage la générosité et l'amour de l'autre." Emmanuel Macron rend hommage à Olivier Maire, le prêtre tué à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée). "Protéger ceux qui croient est une priorité", continue le président dans un tweet.

Le prêtre Olivier Maire à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), lors d'un sujet diffusé par France 3 Pays de la Loire, le 30 octobre 2015. (FRANCE 3 PAYS DE LA LOIRE)

(FRANCE 3 PAYS DE LA LOIRE)

17h13 : Le suspect, Emmanuel Abayisenga, s'est lui-même dénoncé ce matin pour cet homicide. Il a été placé en garde à vue et l'enquête a été confiée notamment à la section de recherches de la gendarmerie de Nantes. "Aucun mobile lié à un motif terroriste" n'apparaît dans cette affaire, a précisé le magistrat.

16h58 : Une enquête est ouverte pour "homicide volontaire" après le meurtre d'un prêtre à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), a annoncé le vice-procureur de La Roche-sur-Yon, Yannick Le Goater.

17h01 : Le dossier est suivi "en temps réel" par Emmanuel Macron, a assuré l'Elysée à l'AFP. Le président a également "exprimé toute sa sympathie" à la communauté religieuse des montfortains. Le Premier ministre, Jean Castex, a de son côté fait part de son "profond effroi" et de sa "vive compassion", a rapporté Matignon.

16h45 : "Il a été hospitalisé en unité psychiatrique. Une expertise est en cours pour vérifier que son état est compatible avec une garde à vue."

L'homme qui s'est rendu à la gendarmerie était déjà sous contrôle judiciaire, a précisé Yannick Le Goater.

16h45 : "Le mis en cause a été placé en garde à vue. Il résidait dans les locaux de la congrégation religieuse."

Le vice-procureur de la Roche-sur-Yon donne une conférence de presse après le meurtre d'un prêtre au sein de sa communauté à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée).

16h15 : "C'est pour nous une situation de grande souffrance", a réagi sur franceinfo Santino Brembilla, supérieur général des pères montfortains, après le meurtre d'un prêtre à Saint-Laurent-sur-Sèvre, en Vendée. "C'était un religieux de grande valeur. C'était un spécialiste de notre spiritualité", a-t-il ajouté.

14h31 : On en sait plus sur l'homme qui s'est présenté à la gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre (Vendée) ce matin pour avouer le meurtre de l'ecclésiastique. Déjà mis en examen et placé sous contrôle judiciaire pour l'incendie de la cathédrale de Nantes en juillet 2020, l'homme avait été accueilli dans cette communauté religieuse et y vivait depuis plusieurs mois, précise une source proche à franceinfo. Plus d'informations dans notre article.

Un gendarme patrouille aux abords de l'entrée de la communauté des frères missionnaires Montfortain, à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée), le 9 août 2021. (MAINA SICARD-CRAS / FRANCE 3)

(MAINA SICARD-CRAS / FRANCE 3)

14h48 : "Nous n'arrivons pas à comprendre comment des faits comme cela peuvent encore se produire dans une communauté aussi tranquille", a réagi sur franceinfo Alain Lebœuf, président LR du conseil départemental de Vendée après l'aveu de l'assassinat d'un religieux en Vendée. "C'est une émotion à peine descriptible ce midi d'apprendre que l'un de nos prêtres puisse être assassiné de cette manière-là alors que ce sont des hommes qui ont toujours essayé de faire le bien. Il n'y avait aucune alerte et ce matin nous sommes abasourdis."

14h05 : Il est 14 heures, voici un nouveau point sur l'actualité de ce lundi :

• Un homme s'est présenté à la gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre (Vendée) pour avouer le meurtre d'un prêtre. Plus tôt ce matin, un corps a été découvert à Saint-Laurent-sur-Sèvre, dans les locaux de la communauté des frères missionnaires montfortains. Le ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, doit se rendre sur les lieux à 17h30.

• La Terre s'est déjà réchauffée de +1,09°C depuis l'ère préindustrielle (1850-1900) et les émissions de gaz à effet de serre, à l'origine du phénomène, continuent de grimper, avertit le Giec dans son nouveau rapport. Nous vous résumons ce qu'il faut retenir de cette publication.

• Le pass sanitaire est demandé dans les transports publics (pour les trajets longue distance), les restaurants ou encore les hôpitaux (sauf urgences) depuis ce matin. On vous explique tout ce qu'il faut savoir de ce dispositif.


Après avoir dit adieu au FC Barcelone hier, la superstar Lionel Messi doit se rapprocher dans les prochaines heures du Paris SG, en passe de réussir un coup sensationnel. Depuis l'annonce brutale du départ de l'Argentin de son club de toujours, jeudi, la planète foot guette le moindre mouvement du joueur âgé de 34 ans.

13h45 : Vague d'hommages de la classe politique, après la mort d'un religieux à Saint-Laurent-sur-Sèvre (Vendée) au sein des locaux de la communauté des frères missionnaires montfortains. "Total soutien à tous les catholiques et tout particulièrement à la communauté vendéenne", commente notamment Christelle Morançais, présidente de la région Pays de la Loire.

13h19 : Il s'agit de l'homme mis en examen et placé sous contrôle judiciaire pour l'incendie de la cathédrale de Nantes en juillet 2020, a appris franceinfo de sources concordantes. Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin doit se rendre sur place dans la journée.

13h21 : Un homme de 40 ans s'est présenté dans la matinée à la gendarmerie de Mortagne-sur-Sèvre (Vendée) pour avouer le meurtre d'un ecclésiastique. Un corps a effectivement été découvert à Saint-Laurent-sur-Sèvre dans les locaux de la communauté des frères missionnaires Montfortain.