DIRECT. L'assaillant d'un commissariat à Paris a été identifié

Armé d'un couteau, l'homme, mis en cause pour vol en réunion en 2013 dans le Var, a été abattu, jeudi, alors qu'il tentait d'entrer dans le commissariat de la Goutte-d'Or, dans le 18e arrondissement.

Des policiers aux abords de la rue de la Goutte-d\'Or où un homme a été tué par balles devant le commissariat, jeudi 7 janvier 2016. 
Des policiers aux abords de la rue de la Goutte-d'Or où un homme a été tué par balles devant le commissariat, jeudi 7 janvier 2016.  (LIONEL BONAVENTURE / AFP)

Mis à jour le
publié le

Ce qu'il faut savoir

L'homme abattu après avoir tenté d'attaquer un commissariat du 18e arrondissement de Paris, jeudi 7 janvier, a été identifié, selon des sources proches de l'enquête. Il avait été mis en cause pour vol en réunion, en 2013, dans le sud de la France. A l'époque des faits, il avait déclaré aux gendarmes chargés de l'enquête s'appeler Sallah Ali. Il se présentait comme un sans domicile fixe, né en 1995 à Casablanca (Maroc).

Un drapeau du groupe Etat islamique (EI) et une "revendication manuscrite non équivoque en langue arabe" ont été retrouvés sur l'assaillant, indique le procureur de la République de Paris, dans un communiqué. Dans ce texte, l'assaillant affirme "prêter allégeance" au chef de l'EI et justifie son acte par une vengeance contre les "attaques en Syrie"La section anti-terroriste du parquet est saisie du dossier.

 L'homme était équipé d'un "dispositif explosif fictif" et d'une "arme blanche de type feuille de boucher", selon le parquet de Paris. L'assaillant a sorti son arme et crié "Allah akbar" avant d'être abattu par les policiers en faction devant le commissariat. Cette attaque intervient un an, jour pour jour, après les attentats contre Charlie Hebdo

L'assaillant "aurait agi seul", selon le porte-parole du ministère de l'Intérieur, cité par i-Télé. "La police n'est pas à la recherche d'un individu en fuite, mais on ne peut pas écarter la possibilité de complicités", fait-il savoir.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #PARIS

23h01 : C'est un document exceptionnel : regardez en direct l'émission "Complément d'enquête" consacrée aux attentats de janvier 2015, diffusé actuellement sur France 2 et francetv info en cliquant ici.

Des images inédites des attaques contre Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher, des témoignages inédits, ainsi que des scènes filmées dans les postes de commandement des forces de l'ordre seront diffusés.

21h00 : Retour en images sur le déroulement de l'attaque contre le commissariat du 18e arrondissement de Paris à la mi-journée.


21h01 : Sur place, c'est consternation. Le quartier de la Goutte-d'Or, dans le 18e arrondissement parisien, est sous le choc après l'attaque d'un commissariat par un homme qui tentait de pénétrer dans le bâtiment, armé d'un couteau de boucher. Les écoles ont été fermées et les passants enfermés dans les magasins, comme le montre ce reportage de France 2.




(FRANCE 2)

19h39 : Selon i-Télé, il y a un doute sur l'identité de l'assaillant d'un commissariat parisien. Dans sa lettre manuscrite, l'homme revendique son action sous un nom qui est inconnu des services de police. Mais ses empreintes renvoient à un vol commis dans le Var, en 2013. Un délit commis par un certain Sallah Ali, né en 1995.

"Or, l'homme fait beaucoup plus vieux, explique le chef du service police-justice de la chaîne d'info. Est-ce qu'il a menti le jour de son arrestation pour vol ? (...) Ou existe-t-il sous un autre nom ?"

19h13 : Après l'attaque d'un commissariat du 18e arrondissement, retour au calme dans le quartier de la Goutte-d'Or, comme le signale un journaliste d'i-Télé présent sur place.

18h45 : "Cela pose la question de la guerre des nerfs. (...) Cela consolide les décisions prises et appelle notre vigilance. Cela justifie les mesures de protection des Français", explique la ministre de la Justice, Christiane Taubira, sur i-Télé, après l'attaque d'un commissariat du 18e arrondissement de Paris.

Au sujet de l'assaillant, "cet homme est connu et fiché pour des actes de petite délinquance", assure la garde des Sceaux.

18h32 : Des précisions concernant l'assaillant du commissariat du 18e arrondissement : il est connu des services de police pour une affaire de vol en réunion en 2013, dans le sud de la France.

A l'époque des faits, l'homme avait déclaré aux gendarmes s'appeler Sallah Ali. Il se présentait comme un sans domicile fixe, né en 1995 à Casablanca (Maroc). Ses empreintes avaient alors été entrées dans le fichier automatisé des empreintes digitales. Elles correspondent à celles de l'homme tué jeudi.

18h09 : Selon i-Télé, l'homme abattu ce matin était, en revanche, inconnu des services de renseignement.

17h56 : L'assaillant du commissariat de la Goutte-d'Or a été identifié, indiquent des sources proches de l'enquête à l'AFP. Il a été mis en cause pour vol en 2013.

17h40 : Bonsoir @Victorien. Votre message me donne l'occasion de récapituler les informations dont nous disposons à l'heure actuelle sur l'attaque du commissariat de la Goutte-d'Or.




• Vers 11h30, un homme porteur "d'une arme blanche de type feuille de boucher" et d'un "dispositif explosif factice" s'est présenté devant le commissariat, "a exhibé son arme et crié 'Allah akbar' avant d'être abattu par les policiers en faction", selon le récit du parquet.




• L'agresseur est "en cours d'identification", a assuré, dans l'après-midi, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve : "Il sera, par conséquent, possible dans les heures qui viennent d'en savoir davantage sur son parcours et ses motivations."




• Selon le parquet, "ont été découverts sur lui un téléphone portable et un papier sur lequel figurent le drapeau [du groupe Etat islamique] et une revendication manuscrite non équivoque en langue arabe".




• La section antiterroriste du parquet de Paris a été saisie de l'enquête, pour tentative d'assassinat sur personne dépositaire de l'autorité publique.

17h32 : Quelles sont les dernières infos sur ce qui s'est passé à Barbes ce midi?

16h48 : Non, @anonyme, car nous ne le connaissons pas à l'heure actuelle : l'identification de l'assaillant du commissariat de la Goutte-d'Or est toujours en cours. Bien entendu, nous vous donnerons plus d'informations dans ce live dès que nous en aurons.

16h48 : Est-il possible de connaître le nom et prénom ainsi que l'origine de cet individu ?

16h47 : Pendant ce temps, la sortie des écoles voisines du commissariat se poursuit, sous bonne garde policière, comme le montre ce cliché de notre journaliste Fabien Magnenou présent sur place.

16h44 : Bernard Cazeneuve s'est rendu au commissariat de la Goutte-d'Or, où un homme a été abattu après avoir tenté d'entrer armé d'un couteau de boucher. Le ministre de l'Intérieur a tenu a afficher "sa solidarité, sa confiance et sa proximité". Regardez sa déclaration.

(REUTERS)

16h32 : La sortie des élèves des écoles 49 bis et 57, rue de la Goutte-d'Or, situées à proximité du commissariat attaqué, est en cours, signale l'Académie de Paris.

16h13 : "Il sera possible d'en savoir davantage sur [les] motivations [de l'assaillant] dans les prochaines heures", promet Bernard Cazeneuve. Le ministre de l'Intérieur s'est brièvement exprimé sur l'attaque qui a visé un commissariat dans le quartier de la Goutte-d'Or.

16h10 : Voici le récit de l'attaque livré par le parquet de Paris : "Ce jour, à 11h30, un individu, porteur d'une arme blanche de type feuille de boucher et d'un dispositif explosif fictif, s'est présenté devant le commissariat du 18e arrondissement, a exhibé son arme et crié 'Allah akbar' avant d'être abattu par les policiers en faction."

15h52 : Pas encore, @fleur75. "L'identité de cet individu n'est toujours pas connue", indique le parquet dans son communiqué.

15h52 : Toujours pas d'identification pour l'homme armé?

15h50 : La section antiterroriste du parquet de Paris est saisie après l'attaque du commissariat de la Goutte-d'Or.

15h48 : Après l'attaque du commissariat de la Goutte-d'Or, les enquêteurs ont retrouvé sur l'assaillant "un papier sur lequel figurent le drapeau de Daesh et une revendication manuscrite non équivoque en langue arabe", annonce le parquet de Paris.

15h35 : Nous avons déboursé la modique somme de... zéro euro. Cette vidéo nous a été transmise gracieusement par une riveraine du commissariat de la Goutte-d'Or.

15h33 : Un peu de transparence ? Combien vous avez payé pour avoir cette vidéo ?

15h22 : Une riveraine a filmé de sa fenêtre les premiers instants après que les policiers ont abattu l'homme qui a attaqué le commissariat de police de la Goutte d'Or. Sur ce document amateur que s'est procuré franctv info, on voit les policiers et les démineurs inspecter la dépouille.

(DOCUMENT AMATEUR / FRANCETV INFO)

15h05 : La vie reprend son cours à proximité de la Goutte-d'Or. Le boulevard Barbès a rouvert, signale notre envoyé spécial Fabien Magnenou. Il a également pu assister à des négociations, au cours desquelles des riverains ont tenté de vendre leurs images de l'attaque à des journalistes.

14h49 : Notre journaliste Fabien Magnenou est toujours à la Goutte-d'Or, où il vient de rencontrer des témoins de l'attaque.

14h27 : D'ailleurs, @Matthieu, la rumeur concernant Salah Abdeslam est partie de Twitter, où elle a été annoncée par un homme qui se présentait comme un journaliste de l'Agence France Presse. En réalité, il s'agit d'un fake, l'homme ne travaille pas du tout à l'AFP. L'identité de l'assaillant n'est, à l'heure actuelle, pas connue.

14h32 : Bonjour @Matthieu. Des rumeurs, diffusées sur les réseaux sociaux, indiquaient que Salah Abdeslam pourrait être l'assaillant du commissariat de la Goutte-d'Or. Notre consœur de France 2, Audrey Goutard, les a évoquées lors du journal de 13 heures, mais pour inviter à la prudence : "Aucun élément, pour le moment, ne permet de le dire", avertissait-elle. Attention donc.

14h33 : Bonjour. Des rumeurs (évoquées notamment dans le journal de 13h de France 2) évoquent Salah Abdeslam sur les lieux de l'attaque. Que pouvez-nous dire à ce sujet ? Merci.

14h24 : Bonjour @Cath674. Je ne dispose, pour l'heure, d'aucune information sur l'identité de l'assaillant. Selon un journaliste du Monde, l'individu ne portait pas de papiers d'identité sur lui.